Accueil > Musique > 2018 > Kartinka Trio - Kartinka (Tableaux d’une exposition)

Kartinka Trio - Kartinka (Tableaux d’une exposition)

mercredi 17 octobre 2018, par Marc


Si s’éloigner de son camp de base est souvent salutaire, ne comptez pas sur moi pour passer ma vie en terrain inconnu. Loin de moi l’idée de réhabiliter les critiques à la première personne ou seulement basées sur le ressenti mais quand à la lecture d’un dossier de presse les deux tiers des noms évoqués ne me sont pas connus, je sais que je m’éloigne assez nettement de mon rayon de compétence et mon expérience de lecteur m’a convaincu de l’intérêt limité de la critique profane.

Cependant, si la curiosité peut être éveillée par un de mes articulets, c’est mission accomplie. Le plaisir musical étant là, il faut le partager. Le trio Kartinka est composé de la violoniste Cécile Broché, du guitariste Jacques Pirotton et du batteur Antoine Cirri, lesquels peuvent se targuer de solides cv’s. La talent des protagonistes et leur versatilité prend aussi forme dans la variété des climats et ambiances.

On ne va pas faire semblant que les versions originales de Moussgorski nous sont connues. Ni mêmes celles qui furent orchestrées par Maurice Ravel et constituent le gros des interprétations. Donc la comparaison n’est pas possible pour nous mais on devine que les lignes mélodiques sont respectées mais triturées pour mieux servir de terrain de jeu. Tant mieux tant celle d’Il Vecchio Castello méritait d’être préservée. Elle prend même des allures orientales qui lui vont bien au ton. Les percussions peuvent aussi se faire plus exotiques (The Rich and The Poor) ou pas du tout, Gnomus n’étant pas loin de la rigueur du math-rock, avec un peu de folie créatrice en plus.

D’une manière générale, c’est d’une fluidité exemplaire. Pour briser toute tentation de systématisme, ils ont pensé aux bidouillages de voix (Marché de Limoges) et quelques ajouts électroniques discrets et délicats sur Catacombae I Con Mortuis. L’œuvre originale était déjà agrémentée de promenades qui sont pertinemment conservées ici et aèrent l’écoute.

Le violon jazz, agrémenté de wah-wah et de distorsion, fait inévitablement penser à Stéphane Grapelli quand on manque de repères mais on sait qu’on est dans la frange aventureuse. Parce qu’on peut passer du swing indéniable de Tuileries avec ses deux guitares au ton presque metal (sans disto exagérée) sur Baba Yaga. Les effets utilisés par les deux instruments solistes pourront sembler déroutants pour les amateurs de rock indé et dépressif qui doivent constituer l’éventuel lectorat habituel. La reverb n’est en effet plus trop usitée. Au final, revisiter une œuvre majeure quand on a ce genre de talent et une envie de liberté donne une œuvre riche et finalement facile d’accès. Il fallait donc que je vous en parle.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Charlotte Greve - Sediments We Move

    La technique ne vaut que par ce qu’on en fait. Ce lieu commun prend tout son sens avec l’Allemande installée à New-York Charlotte Greve. Sa formation jazz est évidemment immédiatement identifiable mais la matière proposée ici en dévie sensiblement, ou plus précisément la pervertit avec une mine gourmande.
    Il faut dire que la matière première de cet album, ce sont les voix du chœur berlinois Cantus Domus qui dirigent souvent les débats. On a finalement rarement entendu une combinaison sauf à revenir (...)

  • Ola Kvernberg - Steamdome II : The Hypogean

    S’il est plaisant de découvrir un artistes à ses débuts, de tracer son évolution, il peut aussi se révéler valorisant de le prendre en cours de route, avec une belle progression. On ne décèle pas tout de suite le potentiel de la chose mais il apparait bien vite que le potentiel du compositeur norvégien est indéniable.
    Arpy commence de façon un peu douce, mélodique, simple. Mais imperceptiblement, quelque chose se passe, les lignes restent les mêmes mais la vibration qui la sous-tend se fait plus dense, (...)

  • Rouge - Derrière Les Paupières

    On a été en contact avec plusieurs albums piano solo récemment, ceci est purement fortuit, et complètement indépendant du concours Reine Elisabeth. Ce qui étonne en fait, c’est la grande variété des moyens et des résultats. Avec ce trio articulé autour de la pianiste Madeleine Cazenave flanquée de la basse de Sylvain Didou et de la batterie de Boris Louvet, on se rappelle que le piano est un instrument à cordes frappées. Et ça balance franchement.
    Dans le genre, on n’est pas toujours éloigné de ce que (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange sur le papier, elle est d’une très grande cohérence dans les faits. Le chant est évidemment traditionnel (...)