Accueil > Musique > 2018 > Marie Davidson - Working Class Woman

Marie Davidson - Working Class Woman

lundi 22 octobre 2018, par Marc


Vous avez peut-être déjà entendu parler de Marie Davidson en tant que moitié du duo darkwave Essaie Pas qui nous plait beaucoup ici. Ceci est son premier album sur Ninja Tune, son quatrième en tout et s’il pourra plaire sans souci aux amateurs de la formation de base, il a suffisamment de spécificité pour s’imposer de lui-même.

Comme pour Essaie Pas, on est un peu dans la queue de comète electroclash. Avec un accent anglais crédible (et québécois en français, forcément) et qui claque avec une belle assurance. Québécoise exilée à Berlin, elle parle de sa vie dans la nuit (le monde de la night sans Quentin Mossiman) dès le premier morceau qui recense toutes les questions stupides que doit subir une dj. Sa voix est souvent celle de ses interlocuteurs, ce qui distancie un peu et évite toute tentation d’auto-complaisance et de plainte. Il y a aussi du monologue et c’est en mode sincère (The Tunnel) et beaucoup d’incrustations sonores bien intégrées qui donnent un peu de chaleur à cet album très personnel. Le sujet est assez décalé et finalement en habile contrepoint aux influences eighties et leur culte du winner (Work It) ou de la vacuité de certains discours psychologiques (The Psychologist).

Daydreaming est logiquement plus apaisé mais il reste bien évidemment quelques pièces techno bien senties comme So Right ou Lara. La force de frappe est aussi convoquée sur Workaholic Paranoid Bitch (il existe un remix par la Sibérienne Nina Kravitz pour ceux que ça intéresse).

La grande force d’Essaie pas, c’est que ça claque. C’est comme ça, indémontrable et indéniable à la fois. Marie Davidson garde cet aspect de son groupe de base en ajoutant une composante plus personnelle et introspective et un humour acéré qui la distingue clairement.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • DJ Shadow - The Less You Know, the Better

    Au plus que, au mieux que
    « Here we are now at the middle. More and more, I have the feeling that we are getting nowhere. Slowly, we are getting nowhere... and that is a pleasure. » Voilà par quel soliloque DJ Shadow scinde les deux faces de son nouvel album, entre une première moitié relativement déroutante et une seconde nettement plus familière. Décidément insaisissable, Josh Davis n’a jamais commis qu’une véritable faute : celle d’avoir commencé par la fin. “Endtroducing”, ou comment générer (...)

  • Rafale - Obsessions

    Melting-pot daté
    C’est rarement le cas, mais le producteur de ce premier album des Français de Rafale m’est mieux connu que les deux autres protagonistes Julien Henry et Marc Aumont. Arnaud Rebotini est en effet connu aussi bien pour son travail avec Black Strobe que pour ses œuvres solo ; j’avoue être plus familier du groupe, pas toujours d’une subtilité folle, mais qui reste amusant sur scène, où son côté Motöthead electro est à même d’assurer le spectacle. On ne sera donc pas surpris de retrouver (...)

  • Agoria - Impermanence

    La permanence dans le changement
    Sacré Agoria. Capable de tracer des ponts imaginaires entre électro pointue et bidouillage bon enfant (“Blossom”). De convier sur un même album, il y a cinq ans, Princess Superstar et Peter Murphy (“The Green Armchair”). D’enrober un navet avec une bande originale anxiogène et des intentions ambiguës – relever le niveau ou tirer sur l’ambulance (“Go Fast”) ? Bref, un champion du contre-pied, un fervent pratiquant de l’inconstance. Sa philosophie manifeste, à ce stade (...)

  • Robyn - Body Talk parts 1 & 2

    Hypoglycémie
    L’été touche à sa fin et, tout au long de cette torride saison favorable à l’explosion des sens, à l’ivresse et à la sueur épicée, on a trop souvent erré dans les méandres de quelques disques dépressifs – la liste est trop longue – alors que tout aurait dû nous inciter à célébrer une certaine pop hédoniste, taillée pour les rougeurs solaires. C’est que, comme évoqué çà et là, on a longtemps cherché une bande-son digne à la fois de la torpeur des canicules et du goût sucré de la pastèque. Le sucre n’a (...)