Accueil > Musique > 2018 > Odd Beholder - All Reality Is Virtual

Odd Beholder - All Reality Is Virtual

vendredi 19 octobre 2018, par Marc


Odd Beholder est un projet de la suissesse Daniela Weinmann (de Zurich) dont on avait déjà entendu quelques prometteurs singles et EP’s. Pas suffisant pour garantir que cet album tienne ses promesses, mais l’attente était attisée. Il y avait d’ailleurs des remixes de The/Das et Hundreds à la clé. On est donc en famille, celle des artistes à la haute compétence, distillant sons et beats en connaissance de cause. Elle se montre en tout cas digne de la lignée à laquelle on peut aussi associer Moderat (patent sur la fin de Not The Sun)

Dans le résultat, on n’est pas loin de Bat For Lashes (l’élasticité vocale de The Likes Of You), sans la maestria sans doute mais la voix est belle et sans affect. Spécialement quand elle prend plus de place sur le single à la douce mélancolie Loneliness. Discrète et efficace, plutôt poussée en avant dans le mix.

Musicalement cependant, on est dans un registre plus électronique et plus léger, culminant avec le pop All Reality Is Virtual qui coule dans l’oreille avec une belle facilité, distillant une belle intensité sans jamais avoir l’air d’y toucher. Uncanny Valey dégage les mêmes charmes. Il a fallu multiplier les écoutes pour apprécier pleinement cet équilibre, cette sensation que ça ne pourrait pas être différent. Numbered Days peut quant à lui se poser comme une version légère de l’intensité suprême de Soap & Skin.

Léger et un peu synthétique, impeccablement chanté et mis en son, ce premier album de Daniela Weinmann se présente comme une friandise pas trop sucrée, une pause qui pourra rappeler quelques artistes plus intenses mais beaucoup plus exigeants pour les oreilles aussi. Donc c’est une alternative qui tient la route et peut s’écouter à l’infini et en tout temps.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)