Accueil > Musique > 2018 > Odd Beholder - All Reality Is Virtual

Odd Beholder - All Reality Is Virtual

vendredi 19 octobre 2018, par Marc


Odd Beholder est un projet de la suissesse Daniela Weinmann (de Zurich) dont on avait déjà entendu quelques prometteurs singles et EP’s. Pas suffisant pour garantir que cet album tienne ses promesses, mais l’attente était attisée. Il y avait d’ailleurs des remixes de The/Das et Hundreds à la clé. On est donc en famille, celle des artistes à la haute compétence, distillant sons et beats en connaissance de cause. Elle se montre en tout cas digne de la lignée à laquelle on peut aussi associer Moderat (patent sur la fin de Not The Sun)

Dans le résultat, on n’est pas loin de Bat For Lashes (l’élasticité vocale de The Likes Of You), sans la maestria sans doute mais la voix est belle et sans affect. Spécialement quand elle prend plus de place sur le single à la douce mélancolie Loneliness. Discrète et efficace, plutôt poussée en avant dans le mix.

Musicalement cependant, on est dans un registre plus électronique et plus léger, culminant avec le pop All Reality Is Virtual qui coule dans l’oreille avec une belle facilité, distillant une belle intensité sans jamais avoir l’air d’y toucher. Uncanny Valey dégage les mêmes charmes. Il a fallu multiplier les écoutes pour apprécier pleinement cet équilibre, cette sensation que ça ne pourrait pas être différent. Numbered Days peut quant à lui se poser comme une version légère de l’intensité suprême de Soap & Skin.

Léger et un peu synthétique, impeccablement chanté et mis en son, ce premier album de Daniela Weinmann se présente comme une friandise pas trop sucrée, une pause qui pourra rappeler quelques artistes plus intenses mais beaucoup plus exigeants pour les oreilles aussi. Donc c’est une alternative qui tient la route et peut s’écouter à l’infini et en tout temps.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)