Accueil > Critiques > 2018

Odd Beholder - All Reality Is Virtual

vendredi 19 octobre 2018, par marc


Odd Beholder est un projet de la suissesse Daniela Weinmann (de Zurich) dont on avait déjà entendu quelques prometteurs singles et EP’s. Pas suffisant pour garantir que cet album tienne ses promesses, mais l’attente était attisée. Il y avait d’ailleurs des remixes de The/Das et Hundreds à la clé. On est donc en famille, celle des artistes à la haute compétence, distillant sons et beats en connaissance de cause. Elle se montre en tout cas digne de la lignée à laquelle on peut aussi associer Moderat (patent sur la fin de Not The Sun)

Dans le résultat, on n’est pas loin de Bat For Lashes (l’élasticité vocale de The Likes Of You), sans la maestria sans doute mais la voix est belle et sans affect. Spécialement quand elle prend plus de place sur le single à la douce mélancolie Loneliness. Discrète et efficace, plutôt poussée en avant dans le mix.

Musicalement cependant, on est dans un registre plus électronique et plus léger, culminant avec le pop All Reality Is Virtual qui coule dans l’oreille avec une belle facilité, distillant une belle intensité sans jamais avoir l’air d’y toucher. Uncanny Valey dégage les mêmes charmes. Il a fallu multiplier les écoutes pour apprécier pleinement cet équilibre, cette sensation que ça ne pourrait pas être différent. Numbered Days peut quant à lui se poser comme une version légère de l’intensité suprême de Soap & Skin.

Léger et un peu synthétique, impeccablement chanté et mis en son, ce premier album de Daniela Weinmann se présente comme une friandise pas trop sucrée, une pause qui pourra rappeler quelques artistes plus intenses mais beaucoup plus exigeants pour les oreilles aussi. Donc c’est une alternative qui tient la route et peut s’écouter à l’infini et en tout temps.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)