Accueil > Musique > 2018 > Alina Orlova - Daybreak

Alina Orlova - Daybreak

lundi 29 octobre 2018, par Marc


Il est des artistes plus faciles à suivre que d’autres. Si la barrière de la langue n’empêche nullement de profiter de la musique d’Alina Orlova (on y reviendra), traquer ses sorties via les médias (sociaux ou autres) est autrement ardu. Mais l’effort est souvent récompensé tant elle nous est précieuse.

88 était un album plus synthétique dans le son et l’incorporation était passablement datée. Elle revient ici à une forme plus classique et on ne s’en plaindra pas. Parce que ce classicisme la rend plus intemporelles. On retrouve donc son piano, des cordes (Daybreak) et dans la majorité des cas, c’est pas loin d’être renversant.

C’est en anglais que les premiers morceaux sont chantés. Mais loin de les rendre plus accessibles, cet effort sans doute nécessaire pour avoir une visibilité internationale accrue ne semble pas indispensable. En effet, encore plus que chez Regina Spektor, on sent la vibration d’une âme slave et c’est encore plus flagrant quand elle revient au russe (ou au lituanien, ça dépend). Dès qu’elle passe à sa langue (ou du Russe, allez savoir) sur Elegantiškai Sninga, on retrouve tout ce qui nous avait plus sur ses deux premiers albums (et lors de ce fameux concert qui nous a fait chavirer).

La forme musicale reste donc plus simple, ce qui ne veut pas dire minimaliste. Il semble logique de mettre le piano en avant sur le magnifique Kam. Alors oui, c’est de la balade lyrique à trois temps à tous les coups mais à tous les coups c’est bon. The Break-Up Blues par exemple est un grand morceau limpide et mélancolique mais ils méritent tous la mention. Même quand ça paraît plus enjoué ça reste mélancolique (Little Bird Song)

Non, ceci n’est pas un pas en arrière pour Alina Orlova. En abandonnant les synthés cheap elle revient à une forme qui laisse plus de place à ce qu’il est convenu d’appeler de grands morceaux. Si on aime un petit bout de ça, on succombe facilement et c’est pour ça que faire connaitre cette irremplaçable perle lituanienne est devenu une mission.

http://alinaorlova.org/?lang=en

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)