Accueil > Musique > 2005 > Four Tet : Everything Extatic

Four Tet : Everything Extatic

mercredi 16 août 2006, par Marc


"Parler de musique, c’est comme danser de la peinture". C’est ce que disait David Byrne des Talking Heads. La volonté de faire un tel site montre qu’on n’adhère pas complètement à cet aphorisme, mais parfois, en présence de musique électronique plus originale, on se retrouve un peu bête et à court de mots. Mon but ne sera pas de décrire mais d’expliquer pourquoi il faut écouter Four tet. Même si on n’est pas obligé d’aimer (il ne manquerait plus que ça), il faut quand même savoir que ça existe.

Traditionnellement, la musique électronique donne une image désincarnée, robotique (sans tomber dans le panneau du haut ridicule de Daft punk), mais ici, c’est à un versant plus humain, jazz, voire même organique auquel on a droit. Ce qui étonne le plus, les compositions organiques sont obtenues à base d’instruments purement électroniques (les cloches dans High fives).

Les rythmiques sont tout sauf robotiques, évoquant souvent ces précurseurs de Can (A joy, Sun drums and soil) ou du free-jazz. De petites pauses plus atmosphériques sont également prévues (Clouding, And the patterns), histoire de pouvoir se replonger plus profondément la transe Hallucinée de Sleep, eat food, have visions.

J’ai toujours eu un failble pour les roulements de batterie. quand ils sont à la fois délirants et discrets, c’est chouette comme tout (Turtle turtle up), surtout quand la simplicité revient juste à temps pour accompagner une montée.

Précisons finalement que le tout n’est pas hermétique pour deux balles, que Four tet a déjà fait la première partie de Radiohead et qu’il emmène son petit laboratoire sonore au Pukkelpop. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)