Accueil > Critiques > 2018

Moonface - This One’s For The Dancer, This One’s For The Dancer’s Bouquet

vendredi 9 novembre 2018, par marc


Cet automne voit donc le retour d’amis de longue date. Avec 13 critiques et 5 compte-rendus de concerts pour des formations comme Wolf Parade, Sunset Rubdown ou Swan Lake, Spencer Krug se place en tête de ceux qu’on suit le plus régulièrement, d’abord par sa productivité mais aussi par son talent multiforme.

Avec Spencer Krug, il n’est même pas possible de deviner les intentions d’un album sur base du nom du projet. Moonface, ça peut être du piano-voix écorché pour un des meilleurs albums de ces dernières années ou des expérimentations seul avec des synthés ou encore une collaborationavec une formation post-rock finlandaise mais d’une manière générale, c’est son projet le plus personnel, par opposition à Wolf Parade où la friction avec le talent de Dan Boeckner fait les étincelles qu’on connait. Il s’apprête d’ailleurs à faire ses adieux à Moonface pour continuer sa carrière solo sous son nom d’état civil. On vous tiendra au courant bien évidemment.

This One’s For The Dancer ; This One’s For The Dancer’s Bouquet est en fait l’apposition de deux albums distincts. Contrairement à Dominique A qui a sorti deux albums issus de sessions communes, ceux-ci proviennent d’enregistrements différents avec des collaborateurs différents.

Si on n’a pas de mal à distinguer de quel album provient chacun des morceaux, on n’a pas d’apposition abrupte pour autant malgré l’alternance entre les titres des deux albums. C’est heureux pour qui se lance fleur au fusil dans l’écoute de ces 16 morceaux pour une heure et 24 minutes.

Le premier est basé sur les marimbas, sujet qui lui est cher puisque sa première escapade s’appelait poétiquement Marimbas and Shit Drums. Ce sont des boites à rythmes qui sont utilisées ici aussi, conférant une belle pulsation. Les titres sont des références directes à la mythologie grecque, au mythe du Minotaure précisément dont il épouse le point de vue pour une série de textes étranges et détaillés sur ses sensations. La palette sonore est d’emblée fort riche. Le vocoder est très présent, ce qui colle bien au son synthétique mais met alors totalement sous l’éteignoir sa capacité à susciter l’émotion qui est hors norme.

Le second album imbriqué ici est plus free-jazz. Mais il n’est pas trop rude non plus. Ce qui nous vaut des morceaux denses, certes mais moins flamboyants (The Cave). Le saxophone y est présent, ce qui est une rareté. Le seul l’utilisant autant sur une scène connexe étant Dan Bejar (Destroyer), les éruptions de sax de Hater renforçant encore la ressemblance avec celui qui a été son comparse dans la formation Swan Lake. C’est forcément moins solidement ficelé mais le jeu de la musicienne Matana Roberts y est indéniablement plus libre. Elle qui a de solides références dans le monde du jazz a aussi collaboré avec quelques-uns de nos favoris comme Godspeed You ! Black Emperor (elle a signé des sorties sur Constellation) ou Tv on The Radio (c’est elle qui rehausse le magnifique Lover’s Day).

Ce saxophone s’accommode fort bien de la présence de claviers (sur Aidan’s Ear par exemple). On retrouve un Heartbreaking Bravery II qui est une suite d’un morceau de l’album du même nom qu’on est contents de retrouver ici. Il le relance en son milieu, ce qui montre qu’il garde sa lucidité, qu’il sait très bien comment maintenir un morceau en l’air (Minotaur Forgiving Knossos), qu’il trouve toujours une façon de tirer vers le haut un titre menacé d’enlisement.

La pulsation sur Sad Suomenlinna (allusion finlandaise) qui rappelle le Luetin d’Underworld avec exactement la même sensation de répétition au départ avant de partir dans des digressions plus intéressantes. Cet album est copieux dans ses mensurations mais aussi parce que chaque morceau est très dense.

Sur chacun de ces albums il y avait un ou plusieurs titres hénaurmes et soyez rassurés, on les retrouve ici aussi. Le plus étonnant c’est qu’au lieu de décourager l’auditeur, l’intérêt augmente, sans doute grâce à un séquencement étudié plus qu’à une connivence qui doit s’établir. On retrouve alors avec plaisir sa science de la progression d’accord (Aidan’s Ear) et sur Dreamsong, on devine ce que ça aurait donné avec des envies différentes comme celle de Julia With Blue Jeans On. Son écriture peut donc s’incarner dans des formes assez différentes. La densité d’Okay To Do This rappelle les belles heures de Whale Song (Song Instead of a Kiss). C’est sur ce genre de morceau qu’on retrouve sa faculté à transcender son propre style.

Dans la très dense et riche discographie de Spencer Krug, cet album à la fois logique et un peu atypique est avant tout destiné à ceux qui le suivent avec passion. Un peu fascinant, forcément un peu crevant sur la longueur, logiquement inégal, il confirme le talent protéiforme de Spencer Krug pour s’emparer de plusieurs idées et les pousser à fond.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)