Accueil > Musique > 2018 > The Vagina Lips - Generation Y

The Vagina Lips - Generation Y

vendredi 30 novembre 2018, par Marc


Si mes souvenirs sont bons, ’vagina lips’ est un truc qui n’existe pas en vrai anglais (on dit labias, non ?) mais c’est le pseudonyme pas nécessairement classe qu’a choisi le Grec Jimmy Polioudis pour nous livrer un album qui fusionne deux pans de musique qui nous sont particulièrement chers.

D’un côté, il y a un post-punk fiévreux, des sons de boite à rythme qui rappellent les Joy Division hors d’âge. On les retrouve du côté de Boy June (promis, ce n’est pas un morceau d’Indochine…) qui lorgne comme d’autres morceaux (This Is A Good Life) du côté d’A Place To Bury Strangers. Destroy Me semble s’appuyer sur le The Cure de Kiss Me Kiss Me Kiss Me, tout comme la basse de 80’s Teen Movie. Les guitares en brouillard et très distordues provoquant sans doute les comparaisons avec Jesus and the Mary Chain.

Mais on s’éloigne aussi de ces références années ’80 déjà relues par les formations précitées pour d’autres influences plus récentes. Synthés mis à part, Lo-Fi, Hatred and Dinosaurs (tout un programme) aurait eu sa place sur un album de Tapes ‘n Tapes ou du dernier Wolf Parade. Avec une voix qui pourrait être une version apaisée de Spencer Krug. C’est une vraie valeur ajoutée sur toute la longueur de l’album et permet d’éviter toute tentation de n’y voir qu’un pastiche de formations bien établies. Mais cette tentation est balayée par la solidité des morceaux dont certains se permettent de présenter deux visages.

Il y a donc quelque part à Thessalonique un auteur qui se plait à mélanger des choses dont on raffole pour un album qui pourrait être celui qu’on produirait si on était musiciens. Fort heureusement pour vous ce n’est pas le cas et de plus, si les références vous parlent (on le suppose si vous nous lisez), il y a de quoi faire une belle découverte. Ah oui, c’est sorti chez Inner Ear, comme presque tout ce qui vient de Grèce et dont on parle ici.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk poisseux, celui qui sert de base à des formations du coin comme The Rapture ou LCD Soundsystem. Listons (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)