Accueil > Musique > 2018 > Miègeville - Longue Distance

Miègeville - Longue Distance

lundi 17 décembre 2018, par Marc


2018 est une bonne année pour les découvertes francophones dont on peut distinguer deux tendances. Une plutôt traditionnelle et une plus aventureuse, plus pop en tout cas. C’est évidemment cette dernière qui nous plait le plus et on placera sans doute Miegeville dans cette tendance.

Difficile pourtant de commenter ce court EP qu’on a déjà énormément écouté. Les cinq morceaux sont devenus tellement familiers qu’ils en sont presque étanches à la critique. Si on couche ce fruste avis sur papier, c’est surtout pour recommander à la volée.

Renseignements pris, le Toulousain Matthieu Miègeville vient des musiques dures (Cancel The Apocalypse), ce qui lui a aussi permis de rencontrer le guitariste classique Arnaud Barat qui officie aussi. Il est certes difficile de discerner les traces de metal ici mais il est par contre certain qu’on n’a pas affaire à des débutants. La forme emprunte certes des sons synthétiques (des rythmiques digitales notamment) mais c’est une règle bien établie dans les formations à personnel réduit et permet de varier les ambiances.

Dans le détail, on a apprécié que ces cinq titres s’enchainent comme autant de réussites. La voix déclame parfois, reste belle et grave, avec l’aplomb nécessaire. On apprécie aussi la dose de mélancolie dégagée. Lancinante sur Volga et sa structure sonore dense, plus frappante sur La Fin Des Combats.

10 heures 17 fait allusion à la catastrophe d’AZF, de la perception parcellaire et légèrement paranoïaque de cet évènement peu après le 11 septembre. Bref, ça claque, c’est comme ça. Ces cinq titres en appellent d’autres, c’est ce qu’on retiendra de ce premier EP de Miègeville. On l’a presque usé et on ne peut que vous recommander d’en faire autant. Un album provisoirement intitulé EstOuest est en préparation, inutile de dire qu’on vous en parlera.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Benjamin Biolay - Saint-Clair

    Rester au sommet est, paraît-il, plus compliqué que de s’y hisser. Ne sachant rien du succès, on va croire le poncif sur parole. S’il en est un qui peut se targuer d’être au faîte de la chanson française c’est bien Benjamin Biolay. Et pour y rester, on va dire qu’il a décidé de jouer sur ses qualités.
    Comme sur l’excellent Grand-Prix, le début de cet album est percutant. Les Joues Roses et Rends L’Amour ! sont deux morceaux immédiats et plutôt irrésistibles, têtes de gondoles évidentes de ce Saint-Clair. (...)

  • Pomme – Consolation

    On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) (...)

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)