Accueil > Musique > 2019 > Mono - Nowhere Now Here

Mono - Nowhere Now Here

vendredi 25 janvier 2019, par Marc


Ce qu’est en train de réussir la majorité des formations historiques du post-rock est assez remarquable. Dans un genre finalement très balisé et truffé de poncifs, ces géants tout relatifs ont su tracer leur propre voie divergente, en se concentrant sur leurs caractéristiques et en y puisant une raison de continuer.

Pour ce dixième album, on annonce un batteur supplémentaire au trio de base, un peu d’électronique et des voix mais bon, ce ne sont que des détails qui ne vont en rien modifier la marche de la carrière de la formation japonaise. Dès le deuxième morceau, on sait qu’on entend exactement ce pour quoi on était venu, du Mono pur jus, dense, suscitant un lent mouvement de tête et une mâchoire serrée. Du tout bon donc pour l’amateur déjà au courant. Et ça revient, encore et encore, sur un riff qui n’avait pas l’air si prenant à la base. Cette densité assez dingue est une marque de fabrique, la raison de leur longévité dans ce qui est bel et bien une niche musicale.

Sans doute que comme on écoute moins de post-rock les albums font plus d’effet. Peut-être aussi que dans le contexte de cette année naissante on est plus réceptifs à ces morceaux qui prennent leur temps. On retrouve cependant leurs variations brusques quand leur nature reprend le dessus. C’est dans une langueur impeccable et patiemment installée qu’ils donnent leur meilleur et la plage titulaire qui est la pièce centrale de cet album en est la parfaite illustration.

Oui, il y a la voix de Tamaki sur le plus éthéré Breathe mais cela dénote plus un sens de l’équilibre après le déferlement qui précède que d’une révolution de palais. Les perspectives vocales ne semblent pas annoncer un changement de cap en tous cas. Le morceau lui-même ne décolle que quand les cordes déboulent.

Alors oui, les cordes rendent le tout assez copieux, mais on ne boudera jamais son plaisir si plaisir il y a. On les accueille avec plaisir sur Parting dont les guitares tintent plus qu’elles ne vrombissent. Oui, il y a quelques composants électroniques dans l’hénaurme son de Sorrow et quelques discrets ajouts sur Meet Us Where The Night Ends mais on retiendra surtout l’inévitable feu d’artifice où seules les cordes conservent leur placidité pour un effet maximal. La douceur leur va bien aussi (lente explosion de Far and Further) et leurs arpèges sont reconnaissables entre tous (Sorrow).

Il est vraiment intéressant de voir à quel point les meilleures formations de post-rock (Mogwai, Godspeed You Black Emperor, 65 Days of Static) parviennent presque toutes à maintenir le niveau dans des directions qui leurs sont propres. Les Japonais misent tout sur leurs forces de lyrisme et se puissance et réussissent encore à nous toucher.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)