Accueil > Musique > 2019 > Ladytron - Ladytron

Ladytron - Ladytron

vendredi 22 février 2019, par Marc


Ça fait quand même un petit temps qu’on était sans nouvelles de la formation liverpuldienne. La dernière fois qu’on en avait parlé c’était pour Velocifero en 2009 et on n’avait même pas vu passer leur Gravity The Seducer de 2011. Tout ça nous rappelle que ce site est tout de même ancien…

On avait découvert Ladytron dans un contexte où l’electroclash était répandu, et leur spécificité était facile à trouver. De plus, ils ont eu quelques morceaux marquants pour rester dans nos mémoires malgré un long hiatus. Le contexte de leur retour est donc évidemment différent de celui de leur période de gloire mais paradoxalement, c’est aussi un avantage. On frôle donc la dream-pop avec ce chant féminin plutôt éthéré (comprenez qu’on ne pige pas tout ce qui est prononcé) mais ils peuvent ainsi reprendre les choses où ils les avaient laissées.

Le revival années ’80 est donc maintenant assez ancien, ces synthés sont là depuis longtemps mais c’est ailleurs qu’on trouvera des raisons de revenir sur cet album qu’on n’attendait pas vraiment. Par exemple, c’est en ralentissant le tempo qu’ils trouvent la densité supérieure (Tower of Glass), arrivent à imposer une belle noirceur et à trouver un équilibre avec une facilité mélodique indéniable et un son travaillé et dense (Paper Highways), trouvant même occasionnellement une vraie force (Tomorrow Is Another Day). Ils peuvent aussi jouer d’effets un peu caverneux pour donner du relief à The Animals. Pas à dire, ils connaissent leur job.

On ne va pas aller jusqu’à dire que l’attention est captée en toute circonstance mais il y a assez de relief (You’ve changed) pour qu’on se lance bille en tête dans l’écoute. C’est quand ils osent sortir de leurs procédés qu’ils donnent le meilleur de cet album, arrivant à être à la fois plus mystérieux et direct sur Horoscopes. Ou alors quand ils font toujours la même chose mais en plus dense, sur le cotonneux The Mountain.

Au-delà de l’intérêt pur de ce retour de la revanche d’un ancien revival, Ladytron a toujours fonctionné sur un charme, une connexion qui pouvait se faire avec l’auditeur. Ils tentent et réussissent ici à étendre leur palette et s’il y a un inévitable ventre mou, cet album montre plus de variété et de vivacité que ses prédécesseurs.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk poisseux, celui qui sert de base à des formations du coin comme The Rapture ou LCD Soundsystem. Listons (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)