Accueil > Musique > 2019 > Beirut - Gallipoli

Beirut - Gallipoli

jeudi 28 février 2019, par Marc


‘Comment ne pas devenir un gimmick ?’ est la question ardue à laquelle Zach Condon a su répondre après un début de carrière (littéralement) en fanfare. Le style était tellement affirmé qu’il a fallu trouver des astuces, lesquelles ont aussi mené à des impasses comme l’incorporation ratée d’électronique. Les sorties étant maintenant espacées de quatre ans (contre un entre les deux premiers), voyons où en est le groupe américain.

D’emblée, on dirait que le panache est volontairement mis sous l’éteignoir. Donc la flamboyante mélancolie des fanfares a fait place à une mélancolie qui suite un peu la gueule de bois. Tout est question d’impression bien entendu mais là où la volonté est sans doute d’évoquer le spleen et la langueur (on peut le supposer), on ressent aussi l’ennui qui est distillé et prend occasionnellement le pas sur le reste. Mais Beirut reste Beirut et leur personnalité permet de retenir l’auditeur écoute après écoute. Lequel reviendra surtout pour ces cuivres plus présents (Gallipoli) et ces chorus en apesanteur (Varieties of Exile).

Quand on compare Beirut à d’autres formations américaines d’un genre connexe telles que Shearwater, Okkervil River, Calexicoou autres Midlake, on peut constater un certain déficit en technique pure. Il avait fallu tout le talent d’Owen Pallett pour que leur meilleur album (The Flying Club Cup) donne tout son potentiel. Never Lived Here pourrait d’ailleurs être une version light du maitre canadien. C’est potentiellement une des raisons qui personnellement nous laissent à la lisière de cet album et est assez manifeste comme toujours sur les instrumentaux (et en concert). Les sons plus stridents sur On Mainau Island ne sont pas le meilleur moment de ce Gallipoli plutôt minimaliste.

Ce cinquième album est peut-être une invitation au voyage mais pas en mode touriste et couleurs flashy, le tempo étant volontairement avachi (I Giardini, Gauze Für Zah). On sent que le déficit de souffle n’est pas fortuit, que cet album est censé représenter une forme de lassitude. C’est un apriori forcément risqué parce que le résultat peut simplement se révéler fade. Ce n’est pas vraiment le cas ici mais on sait que ce Gallipoli, même s’il semble conçu spécifiquement comme un coup de mou, ne fera pas date dans la discographie du groupe. Reste que le potentiel de sympathie de la bande de Zach Condon est suffisant pour qu’on continue à la suivre dans une carrière qui s’étoffe et varie.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)