Accueil > Musique > 2019 > Fastlane Candies - Polygene

Fastlane Candies - Polygene

lundi 4 mars 2019, par Marc


Après les avoir vus en première partie de Clap Your Hands Say Yeah, une chose semblait évidente, Fastlane Candies en avait encore sous la pédale. Surtout que pour avoir vu la formation américaine qui tenait la tête d’affiche à leurs débuts, on sait que la marge de progression d’un groupe existe toujours.

Repérés sur un prometteur EP, on avait suivi les Liégeois avec un bon premier album. Le hiatus de 5 ans qui a suivi a permis à ses membres de se ressourcer avec d’autres projets musicaux (Mini-Sultan…) ou littéraires. Notons aussi qu’ils sont passés de Jaune Orange à Freaksville records (ils ont remonté un peu la Meuse donc).

D’emblée, ils mettent leurs beats sur la table et arborent leurs synthés comme leurs concitoyens et anciens coreligionnaires de Piano Club. Lester est-il un clin d’œil à Esther ? Sans doute que non mais l’idée est amusante. Mais le résultat est sensiblement différent de Fantasy Walk de la bande d’Anthony Sinatra qui lorgnait sans vergogne sur le disco alors que les Fastlane Candies misent plutôt sur un son compact pour étancher leur curiosité post-punk. Après toute une génération de groupes belges de toutes les régions obnubilés par dEUS (de Ghinzu à Daan), il est rafraîchissant de constater que d’autres voies sont explorées.

Ils ne reculent même pas devant l’emploi du français, ce qui est aussi une manière de montrer son assurance. Enfin, c’est surtout une somme des expressions francophones utilisées par les locuteurs d’autres langues qui est convoquée sur C’est La Vie. Cette façon de faire de la pop en français sans se laisser enfermer dans le carcan passéiste de la chanson française est assez réussie.

Finalement les deux genres de pop à guitare et pop à synthés ne se jugent que sur les hauts faits et tenir la distance d’un album n’est pas donné à tout le monde. Comment évoluer quand on pratique ce genre ? La solution ici est de faire autrement, de céder à d’autres envies. On a alors le sombre et dense Make Or Break qui porte fièrement son influence presque post-punk. C’est peut-être le meilleur morceau de l’album, parce qu’il arrive à encapsuler mine de rien tout ce qu’on aime dans le genre, l’aspect lancinant, une étreinte subtile mais tenace qu’on retrouve aussi dans la lenteur d’En Boucle.

Il y a aussi cet étrange Bye Bye Sayonara qui avait été envoyé comme single annonciateur. Étrange en tant que single donc mais qui dans le contexte de l’album semble une tentative réussie de synthèse de ses deux inclinations (une bombastique et une plus sombre) et en fait logiquement un de ses fort bons moments de l’album. Le chant féminin est plus effacé mais ils ont pensé à amener des résurgences qui doivent donner leur effet maximal en concert (on ira vérifier si l’occasion se présente).

Cette force de frappe indéniable nous rappelle les des sons de certains Cure (New Order ?) plus ou moins récents. La progression se fait donc par la densité, montrant que maturité et ennui ne sont pas irrémédiablement liés et rappeler les grands moments du passé aide aussi. Ce qu’avaient déjà fait Clap Your Hands Say Yeah au fond…

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)