Accueil > Musique > 2019 > Deer - There’s No Future

Deer - There’s No Future

vendredi 8 mars 2019, par Marc


Comme vous êtes des fidèles d’entre les fidèles, vous vous souvenez qu’on vous a déjà parlé de ce duo mexicain installé à Hong-Kong. Lequel avait d’ailleurs eu un prolongement sous forme de remixes. On aime prendre la mesure de l’évolution des artistes et elle est patente ici. On n’attendait pas monts et merveilles de leur premier essai long et la surprise a été plutôt bonne.

There’s No Future se veut plus apocalyptique que son titre punk le laisserait supposer. Cela dit, ça claque, la voix est bien placée, juste assez en arrière pour pousser la montée de la musique. On ne peut pas dire qu’on les suit au premier degré dans leurs délires de fin du monde mais ce n’est pas important, c’est la puissance musicale de la montée qui emporte la mise.

Cette musique sombre à voix féminine impose une marge de manœuvre étroite cependant. Quand c’est mal fait, on fait de la soupe comme Evanescence. Et si c’est bien fait, ça peut forcer à des comparaisons pas toujours avantageuses avec des choses qui nous enflamment comme Anna von Hausswolf. Mais l’écueil est bien évité en ajoutant forces violons synthétiques sur Tell Tale N ou en poussant encore plus fort le curseur vers les beats sur Biting A Spectrum et la mayonnaise prend. Pour fixer les idées, le gimmick d’intro de Deaf rappellera à certains Army of Me de Björk.

Bon, c’est souvent très élégiaque mais pas abordé uniformément le pied au plancher. Les cordes sur Wailing Wood ou Tell Tale N qui ne sombrent pas non plus dans la pâtisserie, surtout parce que la voix est placée plus en retrait dans le mix. Et puis le ralentissement marche sur Dead Souls. On avait surtout retenu le premier EP du groupe pour quelques moments rock plus saignants mais rien ne laissait supposer qu’ils allaient ainsi augmenter et maintenir le niveau sur la longueur d’un album

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Zola Jesus - Arkhon

    Au début, il était facile de voir Nika Roza Danilova comme une version moderne de Siouxie mais elle a vite fait craquer ce carcan. Sans doute encore plus aujourd’hui qu’elle n’est plus seule aux commandes mais peut compter sur l’aide du producteur Randall Dunn et du batteur Matt Chamberlain qui a collaboré avec rien moins que David Bowie, Bob Dylan, Bruce Spingsteen, Of Montreal ou Rufus Wainwright... Alors qu’on la plaçait dans un revival, il serait peut-être plus pertinent de l’associer à quelques (...)

  • Anna von Hausswolff - Live at Montreux Jazz Festival

    La seule fois que les concerts d’Anna von Hausswolff ont été mentionnés dans la presse généraliste, c’est quand une bande d’intégristes stupides ont empêché la tenue d’une prestation à Nantes. Par un effet Streisand prévisible, plusieurs personnes ont découvert et apprécié la Suédoise à cette occasion.
    On n’avait pas attendu cette désolante actualité pour dire tout le bien qu’on pensait d’Anna et on ne va pas changer d’avis avec la publication de ce live de 2018. Enregistré au légendaire festival jazz de (...)

  • Strawberry Pills - Murder To a Beat

    Rien à faire, le simple fait qu’il y ait une scène gothique grecque me met en joie. Ce n’est même pas une découverte, on vous avait déjà parlé de Mechanimal à l’époque et dit à l’époque qu’on aimait ça. Le duo formé par Valisia Odell et Antonis Konstantaras est dans les canons du genre. Riffs aigres, beats synthétiques et voix féminine grave sont de sortie, les afficionados en auront pour leur argent.
    Mais il ne suffit pas de reprendre des poncifs, il faut aussi des morceaux et ils sont bel et bien là. Et on (...)

  • Anna von Hausswolff - All Thoughts Fly

    Il pourrait sembler étrange qu’une chanteuse charismatique se lance dans l’exercice parfois aride de l’album instrumental mais dans le cas de la Suédoise Anna von Hausswolff, son amour de l’orgue déjà avéré rend la surprise moins grande. Elle a déjà expliqué trouver une partie de son inspiration en découvrant de nouveaux instruments, et son album précédent en était une preuve. Ici, c’est celui de l’Örgryte New Church de Göteborg qui donne cette belle coloration à cet album.
    Le hasard met dans nos oreilles (...)