Accueil > Musique > 2019 > E.B. The Younger - To Each His Own

E.B. The Younger - To Each His Own

jeudi 14 mars 2019, par Marc


Que font les membres de Midlake pendant les longs intervalles entre les albums ? De la musique visiblement. Après le très sympathique projet BNQT qui les voyait en backing-band de collaborateurs de talent comme Ben Bridwell, Alex Kapranos ou Jason Lytle, voici le premier projet solo du leader Eric Pulido qui a emmené dans l’aventure ses comparses Joey McClellan, McKenzie Smith et Jesse Chandler.

On est dans des eaux bien plus lisses que les puits d’émotion pure que sont les morceaux de Midlake, c’est une certitude, le côté soft-rock étant donc mis en avant, très américain, comme en témoignait le clip autour du base-ball, sport extrêmement confidentiel en nos contrées. Les guitares ont ainsi du temps libre (Used To Be) ce qui met en valeur les deux caractéristiques de douceur et de compétence.

Les mélodies sont bien là mais on comprend aussi pourquoi Midlake nous est si cher. Down and Out aurait de quoi faire une base sérieuse pour une perle d’intensité avec des arrangements différents. Par contre, on ne voit pas Don’t Forget Me y figurer, les chœurs seventies étant vraiment trop légers pour nos goûts. Il faut dire qu’un certain Father John Misty est passé par là et a injecté une bonne dose de sarcasme et d’ironie dans le genre.

Les petites variations qui montrent qu’il y a du niveau aux commandes (Out of The Woods), avec notamment une section rythmique discrète mais souveraine.

Pour nos oreilles européennes, il est probable qu To Each His Own ne va pas faire un tabac. Bien agréable bien évidemment, cool assurément, la musique d’E.B. Younger apparaîtra sans doute bien lisse à beaucoup. Même si l’ADN et la plupart des protagonistes sont communs avec Midlake, il serait vain d’attendre les sommets d’émotion de ces derniers. En toute justice, ce n’est pas l’intention non plus. Sachez-le au moment d’aborder cette douceur d’une compétence indiscutable.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)