Accueil > Musique > 2019 > Kangling - Graceful Machines

Kangling - Graceful Machines

vendredi 22 mars 2019, par Marc


Kangling est une formation belge menée par Axel Gilain. Mais si comme pour moi c’est une découverte, vous ne serez pas déconcertés longtemps, les choses commençant fort bien et de façon chaloupée, avec un orgue bourdonnant qui assure la basse. Vous entendrez d’emblée de la soul moderne et dense comme on en écoute finalement peu. Voyez-y un avis profane et non autorisé si vous voulez, mais cette escapade loin du camp de base est bienvenu.

C’est le son plus électrique et dense en conjonction avec l’esprit soul qui plait ici, ce qui permet de ralentir le tempo sans dommage sur Take May Chance. Ce genre d’hybridation avait déjà été réussie par le trip-hop mais la démarche n’est pas la même ici malgré quelques points communs. In my Dream se zèbre ainsi d’éclairs. On n’est pas des fanatiques du solo de guitares mais c’est une belle composante d’un chorus bien dense, avant de repartir dans une belle montée. Dans un genre que ne renierait pas Archive mais sans la répétition et le tout dans un morceau de 5 minutes, belle performance.

Lors des premières écoutes, l’aspect plus soul nous a un peu déroutés parce que c’est un genre qu’on écoute peu. Mais comme on y est revenus souvent, la connivence a pu se faire plus rapidement même quand c’est plus léger (Kings Vinyl). Et puis même quand un morceau apparaît comme moins dense, il peut partir à tout moment d’une accélération bien sentie (Cold Rain).

On le sait, il faut de la qualité pour rester intense quand le tempo se ralentit. On a alors un Hills and Valleys qui flirte largement avec le blues ou la puissance chorale à The Devil Knows Me. A l’opposé du spectre, le gospel sur l’acoustique I Wonder est aussi réussi. La variété est de mise, vous l’aurez compris.

Puissance et densité, voilà les deux qualités qui font clairement sortir Kangling du lot, même pour les béotiens que nous restons. C’est donc un conseil sans réserve, même et surtout pour ceux qui ne sont pas familiers du genre.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)