Accueil > Musique > 2019 > The Cinematic Orchestra - To Believe

The Cinematic Orchestra - To Believe

mercredi 27 mars 2019, par Marc


Cela fait tout de même quelques années qu’on était sans nouvelle du duo anglais (Jason Swinscoe et Dominic Smith). A-t-on loupé plein d’épisodes depuis Ma Fleur de 2007 qui nous avait tant plu ? Même pas, ceci est le premier album depuis 12 ans.

Ce qui n’a pas changé, c’est qu’il y a toujours une pelletée de collaborateurs vocaux. On préférera aux chants sensibles mais parfois trop délicats de Tawiah (Wait for Now/Leave The World) ou Moses Sumney le flow de Roots Manuva qui propose un léger décalage qui nous fait penser à Massive Attack (avec qui il a collaboré).

Mais le meilleur de cet album est aussi et surtout dans les instrumentaux. Les plages dénuées de vocaux sont en effet de très haute tenue. Lessons est de ces morceaux qui savent qu’ils peuvent prendre leur temps et c’est relevé comme ce que Tortoise peut livrer quand ils ont fini leurs céréales. The Workers of Art est quant à lui incrusté de cordes. Elles sont d’ailleurs très présentes sur cet album (To Believe).

Quand un morceau pourrait s’engluer comme du Archive, il se redresse de bien belle façon. On n’attendait pas que le légèrement sirupeux Wait for Now/Leave The World puisse ainsi prendre la tangente avec un son plus consistant. De même, l’alangui A Promise profite de sa longueur hors-normes pour prendre son envol sur un mode plus électronique. C’est un de nos moments préférés de l’album en tous cas.

Exit donc le côté un peu jazzy pour le duo qui mise surtout sur ses capacités à faire monter des morceaux délicats en émulsion revigorante. Cet album s’adresse donc à l’auditeur patient qui sera récompensé par de vrais moments de bravoure.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)