Accueil > Critiques > 2019

The Cinematic Orchestra - To Believe

mercredi 27 mars 2019, par marc


Cela fait tout de même quelques années qu’on était sans nouvelle du duo anglais (Jason Swinscoe et Dominic Smith). A-t-on loupé plein d’épisodes depuis Ma Fleur de 2007 qui nous avait tant plu ? Même pas, ceci est le premier album depuis 12 ans.

Ce qui n’a pas changé, c’est qu’il y a toujours une pelletée de collaborateurs vocaux. On préférera aux chants sensibles mais parfois trop délicats de Tawiah (Wait for Now/Leave The World) ou Moses Sumney le flow de Roots Manuva qui propose un léger décalage qui nous fait penser à Massive Attack (avec qui il a collaboré).

Mais le meilleur de cet album est aussi et surtout dans les instrumentaux. Les plages dénuées de vocaux sont en effet de très haute tenue. Lessons est de ces morceaux qui savent qu’ils peuvent prendre leur temps et c’est relevé comme ce que Tortoise peut livrer quand ils ont fini leurs céréales. The Workers of Art est quant à lui incrusté de cordes. Elles sont d’ailleurs très présentes sur cet album (To Believe).

Quand un morceau pourrait s’engluer comme du Archive, il se redresse de bien belle façon. On n’attendait pas que le légèrement sirupeux Wait for Now/Leave The World puisse ainsi prendre la tangente avec un son plus consistant. De même, l’alangui A Promise profite de sa longueur hors-normes pour prendre son envol sur un mode plus électronique. C’est un de nos moments préférés de l’album en tous cas.

Exit donc le côté un peu jazzy pour le duo qui mise surtout sur ses capacités à faire monter des morceaux délicats en émulsion revigorante. Cet album s’adresse donc à l’auditeur patient qui sera récompensé par de vrais moments de bravoure.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Islands – What Occurs

    Kate Nash, Menomena, The Decemberists et maintenant Islands avant bientôt Bright Eyes, il faut se pincer pour ne pas se sentir quinze and en arrière. Mais bon, comme ce sont de bons souvenirs et que tout le monde est dans une forme créative manifeste, on ne va pas bouder son plaisir.
    Dans le cas du groupe Canadien, ce n’est pas exactement un retour vu qu’ils sont dans une période plutôt (...)

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)