Accueil > Musique > 2019 > Andrew Bird - My Finest Work Yet

Andrew Bird - My Finest Work Yet

vendredi 26 avril 2019, par Marc


Chris Marker disait que l’humour est l’ultime politesse du désespoir. Cette citation attribuée à un nombre élevé d’auteurs semble en tous cas bien s’appliquer au dernier album d’Andrew Bird. En dépit du nom, ceci n’est pas un best-of. Plutôt une manifestation de son humour particulier, tout comme cette pochette qui le voit en Marat.

On détecte bien vite que sous une surface brillante (on y reviendra), il a la sensation que quelque chose flotte dans l’air
It feels like 1936/In Catalonia

sur Bloodless dont le gimmick est Bloodless/For now). Il enfonce un peu plus le clou plus tard :

I’m coming to the brink of a great disaster\End just has to be near\The Earth spins faster, whistles right past you\Whispers death in your ear\Don’t pretend you can’t hear\Don’t pretend you can’t (Manifest).

Musicalement, il se peut a peut-être évacué ses inclinations plus expérimentales et formelles dans sa série Echolocations et il continue ici sa veine éminemment accessible qui nous avait déjà bien enchanté avec Are You Serious ? Ce n’est plus vraiment le violon qui tient les avant-postes et on devine les morceaux moins orientés vers la pédale de loop. Donc il abandonne une façon de faire très reconnaissable pour une intégration plus subtile et il faut plus de confiance pour s’autoriser ça. Evidemment, il reste quelques marqueurs forts, il reste un des seuls qu’on peut identifier d’un simple sifflement ou quelques notes de pizzicato. C’est un excellent chanteur, ce que sa virtuosité a pu cacher un peu. Qui pourrait tirer à ce point le meilleur de Bloodless  ?

Bird est un artiste fractal, qu’on peut regarder avec plusieurs niveaux de détail. Le son est de très haut niveau, c’est l’intégration qui est dingue. Sur Cracking Codes, le piano, les cordes et le petit sifflement forment un tout. On reconnait des bribes de paroles qu’on avait déjà retrouvées ailleurs mais la fausse simplicité désarmante de Cracking Codes explose sur sa seule mélodie et c’est vraiment grand. Le son de batterie est aussi formidable et c’est (aussi) cette finition hors normes qui évite toute sensation de mainstream et est addictive. Si Olympians n’est pas linéaire, il reste bien accessible, avec des vrais moments d’exultation dedans. Pas d’esbroufe non plus dans le chorus final de Bloodless.

On retrouve également des bribes de ses aspirations plus rock et lyriques d’Armchair Apocrypha et une inspiration littéraire. Il commence par imaginer Sisyphe qui aurait décidé de ne plus rouler sa pierre et au long de l’album on entendra des citations de psaumes, des références à Yeats.

Etrangement, cette excellence constante ne génère pas de grosse décharge d’adrénaline à la première écoute. Mais une fois admis que My Finest Work Yet est un excellent album, solide et accessible, on retrouve cette touche personnelle pour bien montrer qu’on écoute Andrew Bird et personne d’autre. Cet album s’impose non seulement comme un jalon pour l’Américain, mais aussi pour l’année en cours. Le titre de l’album sans doute donné par dérision contient une grande part de vérité.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)