Accueil > Musique > 2019 > Peritelle - Ne Soyez Pas Triste

Peritelle - Ne Soyez Pas Triste

vendredi 3 mai 2019, par Marc


On avait déjà copieusement apprécié ce que faisait Carl Roosen en tant que Carl ou Carl et les Hommes-Boîtes ou Facteur Cheval. Il est donc logique que l’attachement se poursuive avec Peritelle. On ne lui en veut même pas d’avoir pondu des textes pour le rejeton Geluck (Antoine Chance donc). C’est un de ces cas-limites où la subjectivité joue en plein. On ne va pas le nier, il faut même le reconnaître.

Tout est question de ton et de collaborations. Ses partenaires de jeu sont ici Julien Campione (Versat Versatyl), Rémi Zombek et Simon Carlier. Avec le premier nommé il partage l’écriture et les deux autres se chargent des instrumentaux. Le résultat est donc sensiblement de ce qu’on avait entendu dans ses groupes précédents, avec une franche inclination vers le hip-hop.

Cette prise de micro à deux fonctionne en tous cas. On va vous épargner les insupportables clichés du ‘décalage’ et du ‘surréalisme à la belge’ mais cette incursion d’éléments d’un imaginaire brillant au sein d’un naturalisme franc est une autre caractéristique du fantastique cher à notre petit pays. On ne sera donc que moyennement étonnés de voir que leur relecture du gangsta-rap se fait à travers la vision d’une loutre ou qu’un blob peut se retrouver au coin d’un bois.

L’humour sert aussi comme souvent comme politesse du désespoir sur Romance et ces visions hallucinées de mort imminente distillent logiquement un spleen tenace. On oscille aussi entre premier et second degré et comme toujours dans ce cas, il faut une solide maîtrise pour ne pas que la gaudriole prenne le dessus. Ce ne sera jamais le cas , l’humour froid et les fulgurances tenant toujours les avant-postes.

Ce court album n’est pas à proprement parler métaphysique mais on distingue à plusieurs moments des considérations narquoises sur l’origine et le devenir de l’homme. De façon pointilliste, sans avoir l’air d’y toucher, sans jamais donner de leçon.

Musicalement, les deux comparses livrent une prestation plutôt synthétique, privilégiant les ambiances rêveuses aux beats ravageurs. Lesquels sont là tout de même pour tirer Salle des Machines au dessus de lui-même. Voilà, ça c’est ce qu’on peut expliquer. Ce qu’on n’arrivera pas à définir par contre, c’est pourquoi on a eu tellement de bribes de ces morceaux en tête récemment, pourquoi ces artistes nous parlent tant. A vous de voir si vous nous rejoignez dans ce monde un peu dingue et paradoxalement humain.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • FUCTAPE - FUCTAPE

    Au moment d’aborder un album, on est parfois submergés par les informations, les intentions et les comparaisons aussi élogieuses que non pertinentes. Le collectif de Toronto (une vingtaine de membres quand même) ne suit décidément pas cette tendance tant il est compliqué de savoir qui fait quoi, voire qui en fait partie tout court. C’est sans doute voulu et cohérent avec le forcément un peu disparate résultat. Mais jamais on n’a l’impression d’entendre une compilation.
    Dès l’intro au piano avec des (...)

  • run Sofa - The Joy of Missing Out

    On ne peut pas dire qu’en tant que ville industrielle, Charleroi nous ait livré autant de frissons musicaux que, disons Sheffield ou Manchester. Et si ça changeait ? On n’en sait rien mais un environnement pareil peut aussi être stimulant comme peut le prouver le groupe du jour, distribué par les Liégeois de Jaune Orange montre une belle vitalité.
    L’immédiateté, les avis rapides et tranchés, c’est bien mais parfois il faut un peu de temps pour apprivoiser un artiste, même sur un EP de six titres. Il (...)

  • Dum Spiro - Hors Chant

    Il faut parfois oser dépasser son pré carré, s’aventurer à la lisière pour découvrir du nouveau. Et ce nouveau, pour moi, est par exemple ce Dum Spiro, coordination des talents de musicien de Francis Esteves et du slameur Zedrine. Le résultat n’est pas a proprement parler un album de hip-hop vu que ça semble plus pensé comme un projet musical, pas des textes qui réclamaient un habillage (on signale même des instrumentaux). Dans un autre genre, on se rappelle de ce que nous avait livré Filiamotsa. (...)

  • Séance de rattrapage n°10 - Hip-Hop

    Bon ben on y est presque : l’année 2011 touche tout doucement à sa fin et ça va prochainement être l’heure des bilans, presque une fin en soi quand on a envie de se nettoyer la tête et de ne retenir, en vue d’un plus lointain avenir, que ce qui aura été digne des plus vives attentions. On revient donc en vitesse sur dix albums de hip-hop poids lourd, avec quelques révélations mais aussi pas mal de déceptions, des fois qu’il y en aurait dans l’assistance pour kiffer la vibe.
    J. Cole – Cole World : The (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)