Accueil > Critiques > 2019

Rose Elinor Dougall - A New Illusion

mercredi 8 mai 2019, par marc


Sans doute que c’est une référence qui doit l’user à la longue, mais si le nom de Rose Elinor Dougall nous est familier, c’est parce qu’on s’en souvient en tant que ‘Pipette brune’. Si on avait trouvé du charme à ses premiers morceaux en solo il y a douze ans déjà (c’était sur myspace, c’est dire…), on avait un peu loupé le filon. Au contraire de celui de sa comparse de l’époque Gwenno (aka ‘Pipette blonde’) partie s’exprimer en gaélique. C’est bizarre la vie parfois.

Ceci est son troisième album déjà, et montre une belle maturité. Quand on découvre un album, on cherche surtout des raisons d’y revenir. Ou de ne pas y revenir d’ailleurs, la vie est courte après tout. Après Echoes, on a su qu’on reviendrait et ça s’est confirmé. Certes, un des morceaux les plus convaincants est livré d’emblée, mais les charmes de cet album ne se dévoilent pas vite.

Ce n’est pas une interprète spectaculaire et si on apprécie cette retenue, elle a une belle voix et des (A New Illusion) avec des morceaux faits sur mesure pour elle. De prime abord, on se dit que certains morceaux manquent un peu d’enjeu. That’s Where The Trouble Started est très léger, les sons sont délicats et aériens Mais l’intérêt n’est peut-être pas là. C’est la finition diaphane qui finit pas séduire. Car elle écrit et produit aussi. Et si on sait que tout faire n’a pas de sens si on ne le fait pas bien, ça démontre à quel point c’est une artiste complète et donne une unité à cet album qui propose une jolie variété. On apprécie ainsi le beau chorus de cordes sur Take What You Can Get. C’est un morceau planant (terme à réhabiliter) et plus dense, en faisant un de meilleurs moments de l’album, tout comme les cuivres discrets sur le mélancolique First Sign.

On s’en voudrait de vendre du rêve et de présenter cet album comme un modèle d’intensité mais une fois qu’on a admis le principe d’une musique évanescente, jolie et aérée, on peut profiter de ce moment certes fort lisse mais indéniablement plaisant. Je ne peux que conseiller à mon modeste (en nombre, inestimable en qualité) lectorat de se frotter à la douceur élaborée de l’ancienne Pipette.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Kate Nash – 9 Sad Symphonies

    Nous sommes en 2013. Après un premier album acclamé emmené par le tube Foundations, la star de Myspace a confirmé avec My Best Friend Is You la plupart des espoirs placés en elle et la voici en position de définitivement asseoir son statut avec un troisième album traditionnellement piégeux. Mais elle va relever le défi.
    Sauf que vous savez que ça ne ça ne s’est pas passé comme ça. Larguée par son (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)