Accueil > Musique > 2019 > Rose Elinor Dougall - A New Illusion

Rose Elinor Dougall - A New Illusion

mercredi 8 mai 2019, par Marc


Sans doute que c’est une référence qui doit l’user à la longue, mais si le nom de Rose Elinor Dougall nous est familier, c’est parce qu’on s’en souvient en tant que ‘Pipette brune’. Si on avait trouvé du charme à ses premiers morceaux en solo il y a douze ans déjà (c’était sur myspace, c’est dire…), on avait un peu loupé le filon. Au contraire de celui de sa comparse de l’époque Gwenno (aka ‘Pipette blonde’) partie s’exprimer en gaélique. C’est bizarre la vie parfois.

Ceci est son troisième album déjà, et montre une belle maturité. Quand on découvre un album, on cherche surtout des raisons d’y revenir. Ou de ne pas y revenir d’ailleurs, la vie est courte après tout. Après Echoes, on a su qu’on reviendrait et ça s’est confirmé. Certes, un des morceaux les plus convaincants est livré d’emblée, mais les charmes de cet album ne se dévoilent pas vite.

Ce n’est pas une interprète spectaculaire et si on apprécie cette retenue, elle a une belle voix et des (A New Illusion) avec des morceaux faits sur mesure pour elle. De prime abord, on se dit que certains morceaux manquent un peu d’enjeu. That’s Where The Trouble Started est très léger, les sons sont délicats et aériens Mais l’intérêt n’est peut-être pas là. C’est la finition diaphane qui finit pas séduire. Car elle écrit et produit aussi. Et si on sait que tout faire n’a pas de sens si on ne le fait pas bien, ça démontre à quel point c’est une artiste complète et donne une unité à cet album qui propose une jolie variété. On apprécie ainsi le beau chorus de cordes sur Take What You Can Get. C’est un morceau planant (terme à réhabiliter) et plus dense, en faisant un de meilleurs moments de l’album, tout comme les cuivres discrets sur le mélancolique First Sign.

On s’en voudrait de vendre du rêve et de présenter cet album comme un modèle d’intensité mais une fois qu’on a admis le principe d’une musique évanescente, jolie et aérée, on peut profiter de ce moment certes fort lisse mais indéniablement plaisant. Je ne peux que conseiller à mon modeste (en nombre, inestimable en qualité) lectorat de se frotter à la douceur élaborée de l’ancienne Pipette.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)