Accueil > Musique > 2019 > Anthony Laguerre - Myotis

Anthony Laguerre - Myotis

vendredi 17 mai 2019, par Marc


Mine de rien, la catégorie ‘album de batteurs’ en est une à part entière, avec notamment des albums de chansons tels que ceux de Philip Selway (Radiohead) ou Tyler Ramsey (Band of Horses), qui peuvent aussi avoir un vrai succès d’auteur (Father John Misty était batteur de Fleet Foxes). On ne va pas parler de Phil Collins ou Manu Katché non plus parce qu’on s’éloignerait encore du cas qui nous occupe aujourd’hui.

Si le nom d’Anthony Laguerre ne vous évoque rien de prime abord, une fréquentation assidue de ce site (on peut rêver) vous l’a déjà présenté au sein de Club Cactus, Piles ou Filiamotsa. Soit mine de rien trois réussites musclées et inventives qui misaient sur une rythmique sans faille, souvent apportée par plusieurs batteurs.

Malgré un amour indéniable de la collaboration, c’est en solo qu’il revient vers nous. Ce n’est pas le genre d’artiste à tenter d’épater la galerie. On n’entend d’ailleurs très peu de batterie sur le premier morceau mais une petite pulsation, le rythme ne prévaut pas, au contraire du son. Pour être honnête, il y a de l’harmonica aussi, pas traité comme en folk ou par Toots Thielemans comme vous vous en doutez.

Quand on s’embarque dans un album pareil, on sait qu’on est partis pour quelque chose d’expérimental mais à chaque fois on est restés facilement accrochés. Difficile d’expliquer pourquoi on a toujours suivi le parcours. On a choisi son moment aussi. C’est une musique d’évocations donc, à l’opposé d’une démarche math-rock ou même kraut. On y retrouvera de la cymbale battue en neige (II), un peu de force aussi sur V et il attend son heure pour frapper les caisses claires, VI. La très longue dernière plage qui pourra évoquer les séquences atmosphériques de Gospeed You ! Black Emperor. Il y a donc de la tension là-dedans, c’est indéniable.

Un connaissait donc ceux qui mettent le violon au cœur de leur musique, voici un batteur passionnant qui livre un album finalement moins aride que ce que peuvent produire Sarah Neufeld, Fiona Brice ou Jessica Moss. Anthony Laguerre prouve qu’au-delà du batteur inspiré il est un musicien complet et Myotis n’est pas un album qui teste la patience de l’auditeur mais l’emporte avec lui dans un voyage sonore.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Goodbye, Kings - The Cliché of Falling Leaves

    Avec un line-up pléthorique, et un album articulé en plusieurs parties et un support visuel dansé, le groupe milanais Goodbye, Kings est visiblement ambitieux. Mais si le résultat est forcément ample, il sait garder une taille humaine et accessible.
    Comme on s’y attend aussi au vu du thème (en gros, l’enchainement des saisons, les morceaux présentent des personnalités différentes, même si le rapport aux saisons ne saute pas aux oreilles immédiatement. Après une longue introduction de rigueur, la (...)