Accueil > Musique > 2019 > Emily Wells - This World is Too _____ For You

Emily Wells - This World is Too _____ For You

mercredi 22 mai 2019, par Marc


Ce n’est pas qu’on veuille tout classer en catégories mais quand on entend parler de l’album solo d’une violoniste, on convoque celles qu’on connait déjà. On parle ici de Sarah Neufeld ou Fiona Brice, Jessica Moss ou Catherine Graindorge. Mais à l’inverse de ces artistes qui pratiquent une musique instrumentale, l’Américaine chante et utilise des boucles pour étoffer le son et se suffire à elle-même. Soit un procédé qui la rapproche plus d’Owen Pallett ou autres Andrew Bird.

On retrouve logiquement des sons communs (ils utilisent le même instrument après tout) sur Stay Up ou encore l’intro d’Eulogy For The Lucky qui au passage a une bien belle mélodie. Sa voix haut perchée qui est mise résolument en avant, c’est marquant sur Eulogy For The Lucky qui repose bien évidemment sur un tapis de cordes. On pourra y déceler des accents de Natasha Kahn ou même d’Alina Orlova, avec une émotion forcément un peu en retrait par rapport à ces artistes exceptionnelles mais qui lui permet d’assurer tout, toute seule. Cette tension vocale permanente est peut-être ce qui empêche certains morceaux de se détacher plus franchement d’autres.

Ces morceaux peuvent en tous cas monter à tout moment (Stay Up) avec de vraies harmonies vocales. Parce qu’elle produit et arrange, donnant une vraie cohérence à l’ensemble. Cette hybridation réussie, loin des recherches formelles peut aussi la placer dans le sillage d’une Bat For Lashes. On apprécie en tous cas ce mélange de cordes et beats pour soutenir une fin bien intense de Remind Me To Remember ou se concentrer sur de très inventives cordes sur I Need a Placebo dont on retiendra le magnifique chorus. Elle peut également assurer la douceur (Ruthie).

Emily Wells fait montre d’une fameuse personnalité en tous cas. Un très gros potentiel qu’on ne sent pas encore pleinement réalisé puisque les fulgurances l’emportent parfois sur la constance. En l’état cependant, ceci est un album franchement réussi.

http://www.emilywellsmusic.com/emily-wells-store/this-world

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)