Accueil > Musique > 2019 > Emily Wells - This World is Too _____ For You

Emily Wells - This World is Too _____ For You

mercredi 22 mai 2019, par Marc


Ce n’est pas qu’on veuille tout classer en catégories mais quand on entend parler de l’album solo d’une violoniste, on convoque celles qu’on connait déjà. On parle ici de Sarah Neufeld ou Fiona Brice, Jessica Moss ou Catherine Graindorge. Mais à l’inverse de ces artistes qui pratiquent une musique instrumentale, l’Américaine chante et utilise des boucles pour étoffer le son et se suffire à elle-même. Soit un procédé qui la rapproche plus d’Owen Pallett ou autres Andrew Bird.

On retrouve logiquement des sons communs (ils utilisent le même instrument après tout) sur Stay Up ou encore l’intro d’Eulogy For The Lucky qui au passage a une bien belle mélodie. Sa voix haut perchée qui est mise résolument en avant, c’est marquant sur Eulogy For The Lucky qui repose bien évidemment sur un tapis de cordes. On pourra y déceler des accents de Natasha Kahn ou même d’Alina Orlova, avec une émotion forcément un peu en retrait par rapport à ces artistes exceptionnelles mais qui lui permet d’assurer tout, toute seule. Cette tension vocale permanente est peut-être ce qui empêche certains morceaux de se détacher plus franchement d’autres.

Ces morceaux peuvent en tous cas monter à tout moment (Stay Up) avec de vraies harmonies vocales. Parce qu’elle produit et arrange, donnant une vraie cohérence à l’ensemble. Cette hybridation réussie, loin des recherches formelles peut aussi la placer dans le sillage d’une Bat For Lashes. On apprécie en tous cas ce mélange de cordes et beats pour soutenir une fin bien intense de Remind Me To Remember ou se concentrer sur de très inventives cordes sur I Need a Placebo dont on retiendra le magnifique chorus. Elle peut également assurer la douceur (Ruthie).

Emily Wells fait montre d’une fameuse personnalité en tous cas. Un très gros potentiel qu’on ne sent pas encore pleinement réalisé puisque les fulgurances l’emportent parfois sur la constance. En l’état cependant, ceci est un album franchement réussi.

http://www.emilywellsmusic.com/emily-wells-store/this-world

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)