Accueil > Musique > 2019 > KOMPROMAT - Traum Und Existenz

KOMPROMAT - Traum Und Existenz

vendredi 24 mai 2019, par Marc


Vitalic nous avait ouvert une porte, il y a une quinzaine d’années. Dans la queue de comète d’une vague electroclash qui s’étiolait, il nous avait donné le goût de la baston sonore, des prestations un peu grisantes. Ce n’était pas toujours subtil, vraiment pas même, mais on s’est découvert une addiction pour ces pulsions sudoripares. Et si les albums se sont succédé sans toujours convaincre sur la longueur, il restait des petites giclées d’adrénaline à chaque fois.

Aujourd’hui, Pascal Arbez-Nicolas s’allie à Rebeka Warrior, Julia Lanoë pour l’état civil, chanteuse de Sexy Sushi et Mansfield.TYA, qui avait déjà collaboré le temps du percutant Mort Sur le Dancefloor. Ce ne sont rien moins que des noms tels Einsturzende Neubauten qui sont convoqués mais pour être parfaitement honnête, on ne trouvera que fort peu de ressemblances littérales avec la légendaire formation industrielle teutonne. Par contre on sent un ton plus martial et binaire, confinant certes plus à l’EBM.

Tout commence pourtant gentiment. On reconnait les sons de Vitalic mais il y a des voix enfantines. C’est plus martial, plus lourd, plus lent que les beats ciselés auxquels on est habitués. Logiquement, les références réclament de parler en Allemand. Sans doute qu’on a vu trop de films de guerre et écouté trop d’électro berlinoise mais c’est toujours un peu anxiogène et l’effet n’est pas désagréable. N’étant pas plus familier que ça avec la langue de Konstantin Gropper, on ne s’étendra pas sur la crédibilité de la prononciation (on soupçonne que ce n’est pas trop ça cependant). En français, c’est Adèle Haenel qui est convoquée sur De Mon Ame à Ton Ame et c’est une très bonne idée.

On voit sur Traum und Existenz que l’art d’ajouter la couche finale sur un morceau est bien là. Il est en ça plus éloigné des écoles minimales d’Outre-Rhin. On sent qu’en live il relancera forcément ce morceau. Niemand est par son tempo plus lent plus proche de l’Italo Disco. Et puis on ne se refait pas, il retrouve ses sons âpres et amples à la fois pour que l’aspect bombastique soit confirmé. On a donc quelques morceaux qui montrent deux visages (Die tausende Herbste, la baston sur la fin de Herztod) et évidemment ça passe tout seul sur la vitesse et un gimmick entêtant (Auf Immer Und Ewig)

Parfois il nous faut des choses subtiles. Parfois non. Dans ce second cas, on a toujours pu compter sur Pascal Arbez-Nicolas. Même si les références sont claires et assumées, il y a ici une belle couche de Vitalic qui enrobe le tout. On avait aimé la majorité des morceaux de ses derniers albums tout en déplorant que certains vocaux étaient trop passe-partout. En collaborant avec Rebeka Warrior, en privilégiant l’Allemand et en retrouvant un son plus abrasif, Vitalic sort peut-être son album le plus abouti.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)