Accueil > Musique > 2019 > Efrim Manuel Menuck and Kevin Doria - Are Sing Sinck Sing

Efrim Manuel Menuck and Kevin Doria - Are Sing Sinck Sing

lundi 27 mai 2019, par Marc


Quand on est à l’origine de deux formations aussi iconiques que Godspeed You ! Black Emperor et Silver Mt Zion, il peut sembler surprenant de chercher d’autres pistes créatives. C’est pourtant ce qu’on discerne chez Efrim Manuel Menuck. On avait trouvé du charme à son Pissing Stars de l’an passé, et la forme mois héroïque en faisait un objet à part. Toute proportions gardées, c’est son Moonface à lui, surtout quand on considère le goût des enveloppes électroniques des premiers exercices solos de Spencer Krug.

C’est pour arranger l’album précédent en vue de concerts que Menuck a fait appel à Kevin Doria (de Growing et Total Life, inconnus de mon bataillon). Il participe visiblement largement à ce bourdonnement très présent, dense, lancinant. On avait déjà le côté drone sur l’album précédent mais les morceaux plus instrumentaux. Le premier morceau a déjà une belle ampleur, un côté de plante grimpante irréversible qui ne déparerait pas un début d’album de Godspeed.

La musique des deux formations est déjà très engagée politiquement, il n’en est logiquement pas différent ici. Les titres sont sans équivoque. Non, ce ne sont pas des chansons de feu de camp, même si les mélodies sont indéniablement là. Celle de Fight The Good Fight ne déparerait pas un Silver Mt Zion mais est livrée ici en mode plus brouillardeux qu’héroïque, ce qui empêche toute confusion. Le côté plus répétitif empêche aussi les climax qu’on apprécie tant chez les deux groupes du label Constellation.

Le nom de l’album est une indication que la collaboration a un patronyme et est là pour durer. Comme l’album précédent, celui-ci a une personnalité propre, un son qui n’est pas celui de ses autres projets. S’il s’adresse bien évidemment en large priorité (en exclusivité même) à ceux qui fréquentent les autres formations de Menuck, il a suffisamment d’atout pour s’imposer seul.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)