Accueil > Musique > 2019 > Morrissey - California Son

Morrissey - California Son

mercredi 29 mai 2019, par Marc


I thought that if you had an acoustic guitar
Then it meant that you were
A protest singer
Oh, I can smile about it now
But at the time it was terrible.

Ce sont des paroles de Shakespeare’s Sister, morceau (forcément) brillant de The Smiths, qui prend une tournure ironique presque un quart de siècle après sa sortie. Parce que si Morrissey a une nostalgie non feinte d’une manière générale, on n’imaginait pas qu’il pourrait reprendre un répertoire des sixties en passerait par des protest-songs. D’autant plus que ses incessantes et intempestives prises de position ne le placent jamais dans le clan des progressistes. Il n’y a d’ailleurs aucune ironie dans ces moments-là, ce qui rend la chose plus brutale encore.

Reprendre un répertoire ancien semble pourtant une idée naturelle pour lui. Il reste bien évidemment un grand interprète. Le choix du morceau de Bob Dylan est un peu étrange, le très répétitif Only A Pawn In Their Game a un effet un point de vue assez complexe, semblant expliquer le meurtre d’un militant des droits civiques Medgar Evers en concluant que le meurtrier a été manipulé. On garde un gout étrange en bouche tout en se disant qu’il s’en sort mieux musicalement que Bryan Ferry dans le même genre d’exercice. Reprendre le rock spatial de l’icone rock gay Jobriath est évidemment un choix bien plus logique. Et convaincant en l’espèce. Le fan de base pensera aussi que Suffer the Little Children de la Canadienne Buffy Sainte-Marie est sans doute un clin d’œil à Suffer Little Child des Smiths.

Quand on n’est pas familier des versions originales, on peut aussi brièvement penser que ce ne sont pas des reprises. Il se lâche d’ailleurs dans des arrangements nettement plus kitsch que sur ses albums récents. Lady Willpower ou Don’t Interrupt The Sorrow de Joni Mitchel flirtent tout de même avec l’easy-listening. Et Wedding Bell Blues ne peut pas vraiment fonctionner quand on n’est pas quinquagénaire.

L’autre source des morceaux exclusivement nord-américains est une certaine idée de la pop sixties. It’s Over lui permet de monter comme il le fait finalement peu souvent. On découvre d’ailleurs que ce morceau de Roy Orbison a également été repris par Bonnie Tyler ou… Jonathan Meiburg. Mais le meilleur morceau est sans aucun doute le beau Some Say I Got The Devil de la tellement attachante Melanie, lequel a déjà fait les beaux jours de Tortoise ou Will Oldham.

Bon, il est sans doute inutile de préciser que notre discothèque et la sienne n’ont pas énormément de recouvrement. Le point commun entre tous les albums de reprise est le plaisir et on sent qu’il est tout de même là. De la part de cet acariâtre Morrissey, c’est déjà ça. Il faudra maintenant des albums spectaculaires pour qu’on puisse passer au-delà du désenchantement maintenant un peu rance de Morrissey et celui-ci n’en est pas vraiment un, vous l’aurez compris.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)