Accueil > Musique > 2019 > Marissa Nadler & Stephen Brodsky - Droneflower

Marissa Nadler & Stephen Brodsky - Droneflower

mardi 4 juin 2019, par Marc


Faire évoluer sa carrière solo de façon abrupte est évidemment une option, mais rechercher l’enrichissement via une collaboration est également une prometteuse possibilité. Avec ce projet-ci, c’est forcément la seconde solution que la tellement précieuse Marissa Nadler a choisi. Elle qu’on avait déjà retrouvé dans l’expérience Sailor With Wax Wings s’associe à Stephen Brodsky aguerri par ses prestations dans des groupes plutôt musclés (Old Man Gloom, Cave In, Mutoid Man, New Idea Society) pour de nouvelles envies communes d’écriture qui ne trouvaient pas place dans leurs discographies respectives.

Mêler une voix aérienne et du gros son n’est pas une idée neuve certes mais il faut d’emblée préciser que résultat n’est aucunement le metal gothique qu’on aurait pu penser. La lourdeur est forcément au rendez-vous mais finalement pas si présente. Sur For The Sun la guitare est lourde mais en fond, le morceau reste aérien et aéré avec des notes de piano. La voix de Marissa Nadler est vraiment planquée dans le mix, ne gardant que sa composante aérienne.

On est en tous cas très loin du systématisme. On peut passer de sons pas très éloignés du post-rock (Buried In Love) à des arpèges plus légers. Quand Shades Apart est articulé autour de ces arpèges, les sons ne sont pas que folk et c’est une guitare électrique pleine de réverb’ qui vient s’ajouter. Space Ghost I et Space Ghost II sont même des pièces plus évanescentes, sans guitare aucune. Dead West est plus ‘figuratif’, confinant même à l’âpreté et à la scansion au néo-folk.

On retrouve avec plaisir deux reprises, Estranged de Guns ‘n Roses et In Spite of Me de Morphine, deux univers bien distincts et a priori également éloignés de l’esprit de l’album. Dans la première nommée, ceux qui ne connaissent pas l’original ne pourront qu’avec difficulté discerner qu’il s’agit d’une reprise. Evidemment, la longueur hors-normes et l’aspect épique maintenant un peu daté (tout comme l’hénaurme clip vidéo) ne sont pas privilégiées par les forces en présence. Mais il faut convenir qu’en l’état on a affaire à un grand morceau. Le classique In Spite of Me, un peu atypique dans la discographie singulière du groupe reçoit le renfort de son saxophoniste. Il s’agit en fait d’un très beau terrain de jeu pour affirmer style.

Les chansons de Marissa Nadler sont toujours un peu hantées, leur donnant un cachet certain à ce qui pourrait être classiquement folk. On comprend l’intérêt de confronter son univers à celui d’autres artistes. Si cette collaboration-ci a tout son sens et une variété qu’on ne retrouve pas nécessairement sur les albums de la bostonienne, on pourra trouver aussi une intensité manifeste mais moins envoûtante que ses propres albums. Mais ce qu’ils réussissent ici permet d’explorer de nouvelles pistes sonores bien cohérentes.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)