Accueil > Critiques > 2019

Sacramento - Lido

jeudi 6 juin 2019, par marc


Il est une tradition bien établie qui veut que les groupes portent le nom d’endroits d’où ils ne viennent pas. Ce trio est donc basé à Milan, fort loin de la Californie. Géographiquement surtout, parce que le son est plus proche de leur patronyme. Leur incursion dans les sons et ambiances années ’80 feraient passer Pépite pour de sauvages modernistes. Mais avec les perruques arborées dans les clips, on sent tout de même une certaine distance.

Les voix sont un tantinet à côté, ajoutant en fait un petit charme, un contrepoint à une musique fort policée. Cette musique fonctionne logiquement mieux quand le tempo s’élève. Mais si on approche la neurasthénie sur Why d U Die, finalement, ce n’est pas désagréable du tout. On peut même dans l’élan (façon de parler) profiter de la mollesse olympique de A Cowboy In Shamokin.

On peut voir ça comme un objet un peu suranné mais l’effet est différent quand on le fréquente plus assidûment, on les raccroche plus facilement au train de faux branleurs comme Mac De Marco ou Walter Martin. Spacetrip et sa choriste prise du nez est un morceau à la mélodie assez imparable. Il arrive à lancer des ponts entre une certaine idée prog des années ’70, des sons un peu froids de la décennie suivante et une densité bien de notre époque. On l’avoue, on ne l’avait pas vraiment vu venir.

La paresse est un état d’esprit et si vous cherchez la bande-son pour ces moments-là, Sacramento peut vous la fournir. On n’a pas l’habitude de craquer pour des albums aussi légers mais sans qu’on ne se l’explique trop, cette dose de spleen s’est avérée bien revigorante.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)