Accueil > Musique > 2019 > Sacramento - Lido

Sacramento - Lido

jeudi 6 juin 2019, par Marc


Il est une tradition bien établie qui veut que les groupes portent le nom d’endroits d’où ils ne viennent pas. Ce trio est donc basé à Milan, fort loin de la Californie. Géographiquement surtout, parce que le son est plus proche de leur patronyme. Leur incursion dans les sons et ambiances années ’80 feraient passer Pépite pour de sauvages modernistes. Mais avec les perruques arborées dans les clips, on sent tout de même une certaine distance.

Les voix sont un tantinet à côté, ajoutant en fait un petit charme, un contrepoint à une musique fort policée. Cette musique fonctionne logiquement mieux quand le tempo s’élève. Mais si on approche la neurasthénie sur Why d U Die, finalement, ce n’est pas désagréable du tout. On peut même dans l’élan (façon de parler) profiter de la mollesse olympique de A Cowboy In Shamokin.

On peut voir ça comme un objet un peu suranné mais l’effet est différent quand on le fréquente plus assidûment, on les raccroche plus facilement au train de faux branleurs comme Mac De Marco ou Walter Martin. Spacetrip et sa choriste prise du nez est un morceau à la mélodie assez imparable. Il arrive à lancer des ponts entre une certaine idée prog des années ’70, des sons un peu froids de la décennie suivante et une densité bien de notre époque. On l’avoue, on ne l’avait pas vraiment vu venir.

La paresse est un état d’esprit et si vous cherchez la bande-son pour ces moments-là, Sacramento peut vous la fournir. On n’a pas l’habitude de craquer pour des albums aussi légers mais sans qu’on ne se l’explique trop, cette dose de spleen s’est avérée bien revigorante.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)