Accueil > Musique > 2019 > Sïan Able - Healing Waves EP

Sïan Able - Healing Waves EP

lundi 29 juillet 2019, par Marc


Il n’y a aucune gloire à en faire trop si on n’assure pas sur tous les tableaux qu’on s’impose. En composant, écrivant et chantant, la Bruxelloise montre qu’elle a ces talents et qu’ils se complètent fort bien sur son second EP. Il en découle un très bel équilibre entre ambiances feutrées et tendances soul pour un résultat finalement personnel, un son qui claque, dense assurant le liant. Elle n’a même pas besoin d’augmenter le tempo, laissant le son se densifier sur Rough & Precious pour une remontée en douceur.

A l’opposé de son spectre, Your Own Shoes montre que seule au piano c’est très beau également, laissant suffisamment de place pour la guitare finale. Il n’y ici pas d’artifice pour se planquer et c’est vraiment un morceau qui n’a pas besoin de plus, avec la voix qui n’essaie pas d’en faire trop pour remplir un vide. Le discernement est donc là pour tirer le meilleur des morceaux. Dans son message aussi, Diversity mériterait d’être un hymne bruxellois .

Evidemment, on est tenté d’en savoir plus et on trouve les traces d’un EP précédent date d’un an et demi. C’est déjà bon, sans doute un poil au-dessous de ceci dans le son mais c’est un complément qui ne se refuse pas.

Dans un genre connexe et un peu plus loin de nous, il faut remonter à Deb Oh pour trouver la même réussite. On l’a déjà dit, un EP est une déclaration d’intention, une carte de visite et on sent que cette chanteuse arrivée un peu par hasard dans nos oreilles est un pari à prendre pour le futur. Et si l’essai n’était pas transformé (on a du mal à le concevoir), on aura tout de même eu un remarquable 5-titres qui s’adresse à tout le monde.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)