Accueil > Critiques > 2019

Séance de Rattrapage #76- Angela Kinczly, Arthur de Bary, Irina Nestor

jeudi 8 août 2019, par marc


Angela Kinczly - S I L E N T

Pour son cinquième album, la chanteuse italienne d’origine hongroise Angela Kinczly s’est penchée sur des textes de la poétesse américaine Emily Dickinson. En utilisant cette excellente matière première, elle s’est concentrée sur la spontanéité pour lancer les morceaux, ne s’interdisant rien (c’est ce qu’elle revendique).

Sa belle voix la place d’emblée dans nos chanteuses de choix. La douceur souvent dégagée peut rappeler Marie Modiano ou des choses encore plus fines comme Sybile Baier (North America et ses arpèges, If True ). La profondeur de Mystic Green a la sombre euphorie de Marissa Nadler et c’est indéniablement un des hauts faits de cet album. Vous adorerez sans doute le beau chorus syncopé sur The Proudest Trees qui n’a besoin que de quelques notes de guitare pour se lancer ou la vraiment belle mélodie sur Between My Finite Eyes avec son orgue. Les bons albums n’appellent parfois que peu de commentaires et ce petit article n’a pour but que de vous donner envie de vous frotter à cette découverte péninsulaire.

Arthur de Bary - Cheval Blessé

J’ai fait ce disque tout seul
Parce-que j’étais seul
Parce-que je m’étais fait largué

Si comme moi vous accordez de l’importance à l’orthographe et aux pochettes quand vous trainez sur Bandcamp, il y a des chances que la rencontre avec cet EP d’Arthur de Bary ne se fasse pas. Et franchement, ce serait dommage. Parce que si l’album de rupture est un poncif, presque un rite de passage, il faut tout de même convenir qu’il peut déboucher sur de fort bonnes choses.

Etrange de penser d’ailleurs que c’est la même personne qui a (presque) tout écrit, parce que du lo-fi à la Dominique A ou Mendelson dans leur période Lithium (Tout Soit Comme Avant) à l’americana hanté (les éruptions de Flesh Lovers) le spectre balayé est plutôt large. Et surtout dégage une belle intensité. The Fader est langoureux à souhait et la répétition de Dis-moi Quoi se fait vraiment lancinante

Bon, ne connaissant absolument rien de la discographie de Thiéffaine , je ne peux juger de la fidélité de la reprise mais le morceau se passe fort bien de comparaisons.

Les deux pôles musicaux entre lesquels balancent ces 5 morceaux n’ont pas souvent été mêlés. Ne serait-ce que pour ça, il vaut le détour et donne envie d’une plus grosse dose.

/r/na Nestör - One Day You Will Miss Today

Un album de post-rock qui s’annonce en tant que tel, c’est suffisamment rare pour être mentionné. Il faut dire qu’il aurait fallu une solide dose de mauvaise foi pour assurer que ce qu’on entend sur le premier album du groupe romain.

Les sons sont très propres, c’est une marque de fabrique certaine. L’intégration de sons organiques et plus synthétiques est réussie. On peut penser parfois à une version adoucie des derniers 65 Days of Static. Des nappes de synthés et des progressions d’accords moins rock donnent un ton plus mystérieux à Arpeggio Means Nothing et oui, vous aurez droit à des poussées avec un peu de distorsion. Les guitares peuvent aussi tinter sur Now cela dit.

Les arpèges sont forcément mélancoliques qui logiquement donnent lieu à une accélération fatalement maitrisée (Milgram ). Bref, une fois admis qu’il est pratiquement impossible de renouveler le genre du post-rock, cet album pourra délivrer exactement ce qu’il promet : une dose de musique qui ne pourra que plaire aux amateurs du genre.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Islands – What Occurs

    Kate Nash, Menomena, The Decemberists et maintenant Islands avant bientôt Bright Eyes, il faut se pincer pour ne pas se sentir quinze and en arrière. Mais bon, comme ce sont de bons souvenirs et que tout le monde est dans une forme créative manifeste, on ne va pas bouder son plaisir.
    Dans le cas du groupe Canadien, ce n’est pas exactement un retour vu qu’ils sont dans une période plutôt (...)

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)