Accueil > Musique > 2019 > Josy and the Pony - Eponyme

Josy and the Pony - Eponyme

vendredi 4 octobre 2019, par Marc


Bon, on vous avait déjà parlé de Josy and the Pony. On avait aimé le concept et le résultat, marquant parce qu’original mais qui ne semblait pas appeler de suite. Elle est pourtant là et bien là, poussant plus loin la blague et le sérieux.

Parce que cet album repose sur le même gimmick chevalin, tout tournant autour du poney ou de la plus belle conquète de l’homme après le vélo. Le ton reste narquois, amusant et enjoué, voire un peu salace sur les bords (Secte Equestre, La Crinière) mais pas graveleux non plus parce que c’est détourné. Oui, ce qu’on dit de La Crinière (Belle/Grand/longue/Epaisse/J’aime la regarder/La toucher) pourrait s’envisager d’autre chose mais ça ne part jamais en vrille.

L’évolution est donc à chercher et à trouver ailleurs. Tout d’abord dans cette propension à détourner les sujets pour parler d’autre chose. Pas d’exégèse nécessaire cependant, ce n’est pas non plus crypté, on devine bien vite que ça permet de donner un angle d’attaque à des sujets variés comme le harcèlement (Anon petit con), la religion (Secte Equestre) ou l’image de la femme (Deux Chevaux Mustang où Bardot en prend pour son grade de façon bien réjouissante).

Ensuite, le ton moins potache se retrouve aussi dans une musique solide. On pourrait parler de pop sixties (l’orgue inévitable) avec de bien francs chorus quand il est question de l’âne Sullivan. Avec ce ton et ce son, il est logique qu’on retrouve cet album sur l’aventureux et unique label Freaksville de Benjamin Schoos. Conseil consommation cependant, fuyez l’irritante dernière plage qui ne cache même pas de morceau caché.

Comme tous les albums ’rigolos’, il n’est pas facile d’en faire partager l’humour. On se bornera à constater qu’on la suit dans son délire. Mais elle ne tombe pas dans l’écueil du ’c’est pour rire alors on peut faire n’importe quoi’ parce que musicalement ce revival sixties tient franchement la route. Cet album forcément est donc attachant même pour ceux qui n’ont pas (encore) d’obsession hippique et aiment lire entre les lignes. Josy and the Pony était donc là pour rester.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Diego Philips – I Am Yuki : The Hiroshima Project

    Le hasard est étrange et il fait coïncider la guerre en Ukraine et une menace nucléaire brandie et cet album antimilitariste du Bruxellois installé à Londres Diego Philips. Très ému par une visite du musée de la paix d’Hiroshima, il écrit cet EP qui relate l’histoire d’un jeune garçon appelé Yuki, qui voit sa vie être complètement bouleversée par les bombardements.
    On retrouve le côté folk-pop toujours plaisant de Diego. Le bon côté c’est que ce n’est absolument pas plombant malgré le propos mais une oreille (...)