Accueil > Critiques > 2019

Nick Cave and the Bad Seeds - Ghosteen

lundi 7 octobre 2019, par marc


S’il n’y en a pas eu de trace écrite en ces colonnes virtuelles, on a toujours suivi Nick Cave. Son album précédent qui traitait du deuil de son fils n’avait pas été traité ici, pour les mêmes raisons que l’album équivalent de Phil Elverum. Et tout comme l’Américain, il semble qu’un album à la sincérité manifeste n’ait pas suffi à éponger la souffrance, tout en montrant sur le second volet une certaine lumière qui rend l’écoute moins exigeante et une rédemption par la beauté qui ne peut que toucher.

Cet album annoncé par surprise il y a deux semaines commence avec des sons et une ambiance qui rappellent les morceaux instrumentaux de Low et Heroes de l’insurpassable trilogie berlinoise de [David Bowie>1942]. C’est étrange, un peu sur le fil, évidemment transcendé par la magnifique voix de Nick Cave (qui peut même être de tête). Il avait évoqué dans une sincère et déroutante lettre son rapport aux fantômes et celui de son fils vient logiquement hanter ce très bel exercice poétique occasionnellement halluciné (il peut y parler d’une famille ours…).

On a connu bien des choses de sa part, du post-punk terroriste sonore de The Birthday Party au crooner crépusculaire jusqu’aux chansons meurtrières et à boire en passant par des musiques de film inoubliables et la nervosité de Grinderman. Ce qu’il fait ici est encore différent puisque la musique est un emballage sonore à la fois léger et intense qui laisse toute la place à sa voix. Le résultat peut être un peu désolé aussi (Fireflies), appuyé par de d’orgue (il évite les sons d’église, ce qui est bien vu), de choeurs fort différents de ce qu’il en faisait à l’époque de The Lyre of Orpheus.

Si le respect que le format impose est immense, si l’émotion est palpable, le spectaculaire nous manque un peu sur la longueur. On est donc content de retrouver un peu de chant sur Waiting For You et d’emblée, c’est poignant. Notons aussi le très beau Sun Forest qui monte encore le niveau d’un album traversé par l’absence. Oeuvre à la fois lumineuse et complexe, elle met en avant le talent poétique et la voix du chanteur australien. Dégageant un respect immense et trouvant la forme qui convient à ce fond universel et personnel à la fois.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)