Accueil > Musique > 2019 > Wilco - Ode to Joy

Wilco - Ode to Joy

vendredi 11 octobre 2019, par Marc


C’est sans doute un cliché et une facilité de dire qu’un groupe est à part mais dans le cas de Wilco on ne peut que difficilement l’éviter. Pourtant, le genre pratiqué par la fameuse formation américaine qui jouit d’ailleurs d’un moindre crédit en nos longitudes n’est pas trop mystérieux. La différence ? Une subtile supériorité dans l’écriture, une versatilité d’interprétation encore plus grande que les autres, un air de coolitude insurpassable amené par le chant presque débraillé de Jeff Tweedy.

Et il en faut de la maîtrise pour ne jamais céder à l’esbrouffe. Cet album reste donc discret, ces morceaux ne sont pas loin d’être marquants parce qu’ils ont ce petit supplément de souffle qui n’était pas si présent sur Star Wars ou Schmilco.

On ne retrouve pas ici la furie électrique qui pouvait faire le sel de leurs albums plus anciens. On notera un peu de guitare électrique mise en avant (ce n’est pas un album acoustique, loin s’en faut) sur We Were Lucky. Sur Once and a Half Stars, on sent leur patte parce qu’ils arrivent à en faire un morceau qui coule de source. Au fil des écoutes, on a chaque fois admiré la densité de Quiet Amplifier ou le beau gimmick à la guitare de Love Is Everywhere (Beware) dont la voix discrète pourrait même rappeler Elliott Smith. Etrangement, c’est à Bob Dylan qu’on pense sur An Empty Corner.

Il est sans doute un peu trop facile de passer à côté de Wilco. Pourtant, pour tout qui s’intéresse à ce que peut proposer la musique américaine reposant sur des bases assez classiques, c’est une formation de pointe. En plus d’une maîtrise soufflante et peu démonstrative, cette musique repose aussi sur le charme et c’est évidemment plus évanescent. Cependant, rarement il n’a autant opéré que sur cette Ode à la Joie.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Wilco - Ode to Joy 14 octobre 2019 10:45, par Laurent

    Bien d’accord, le groupe est ici au sommet de son art et joue à un niveau où on ne l’avait pas vu depuis une dizaine d’années. Le doublé solo de Jeff Tweedy n’y est peut-être pas étranger. Cette escapade brillante a redonné aux chansons de la respiration... et du souffle (ce n’est pas la même chose) ! Même si les deux groupes n’ont rien à voir, j’ai eu un sentiment comparable à l’écoute du dernier Elbow. ll y a en effet un même charme fou dans cette simplicité et cette joie retrouvées.

    De plus en plus, à défaut de découvertes franchement renversantes, 2019 est une grande année pour les retours gagnants.

    repondre message

    • Wilco - Ode to Joy 23 octobre 2019 16:57, par Marc

      Ne plus rien avoir à prouver est une arme à double tranchant. C’edt vrai qu’ils etaient bien intéressants les albums solo de Tweedy. J’avoue avoir décroché d’Elbow, c’est peut-être une occasion de revenir vers eux...

      repondre message

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)