Accueil > Musique > 2019 > Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 2

Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 2

mercredi 23 octobre 2019, par Marc


Ce n’est certes pas la première fois qu’un groupe sort deux albums la même année, mais c’est suffisamment rare pour qu’on le mentionne. Et puis comme on avait passé un bon moment en compagnie du premier volet, celui-ci était forcément attendu.

Si on se demande ce qui différencie les deux volumes, on peut dire que celui-ci privilégie la puissance. Pour le meilleur mais pas que. Mieux que bien des formations, Foals a compris que maintenir le rythme est la meilleure manière d’éviter la chute. Et ça marche, Wash Off dégage la bonne énergie, une syncope qu’on ne retrouve presque pas par ailleurs. Autre caractéristique de la formation anglaise, le gros son est de la partie. Une partie ne nous ne peut s’empêcher que si ça fonctionne indéniablement, on ne trouve pas énormément d’idées sous l’épaisse et efficace carapace. Le résultat est maintenant plus proche d’un glam gonflé (Like Lightning) que du post-punk fiévreux des débuts. Pour se lancer dans une hasardeuse analogie automobile, c’est une berline au gros moteur mais qui ne partira jamais de travers dans les virages, les aides à la conduite raffinée gommant toute velléité d’embardée.

Le premier album sorti cette année montrait quelques ambitions dansantes, des percussions présentes et travaillées. A l’instar de certains restaurants huppés qui ont une déclinaison brasserie pour ceux qui veulent la réputation mais pas la finesse (ni le prix), ceci est le petit frère testostéroné du premier opus.

Même quand ils ralentissent le tempo et se concentrent sur l’écritures, ils gonflent le tout d’effets et sons divers et variés. La peur du vide les dessert clairement en l’espèce. Cette abondance leur permet aussi l’incursion dans le hors-format comme en témoigne le long dernier morceau qui est logiquement un slow-burner. Ils savent indéniablement faire monter une sauce sans faire de grumeaux. Mais on est surpris aussi que ce morceau-là ne laisse pas plus de traces une fois l’écoute achevée. On est à des lieues de morceaux comme Spanish Sahara pour reprendre une de leurs plus éclatantes réussites dont ils sont maintenant loin.

La fièvre couve-t-elle ? C’est la que la subjectivité, les conditions et l’humeur d’écoute interviennent. Si on se laisse emporter, il y a sans doute matière à se sentir galvanisé par cet album. A contrario, cette débauche pourra laisser froid et c’est le sentiment qui a dominé avouons-le. On n’est pas prêts de leur pardonner leur premier album parfait de toute façon. Mais en se concentrant sur le plaisir d’écoute et en sachant miser sur un métier et une compétences indéniables, ils parviennent à faire passer un bon moment qui ne plaira qu’aux convaincus et laissera quelques personnes sur le bord du chemin.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)