Accueil > Critiques > 2019

Corridor - Junior

mercredi 6 novembre 2019, par marc


Evidemment il y a maintenant des formations comme Baden Baden ou Volin mais il y a depuis un petit temps des groupes canadiens pour faire autre chose en français. Avec des réussites (les bons moments de Malajube ou Karkwa) ou moins (Pas Chic Chic). Il n’est à cet égard pas anodin de noter que Corridor est signé sur l’indispensable Sub-Pop de Seattle (qui a non seulement découvert Nirvana mais aussi fourni Fleet Foxes, The Shins, Band of Horses, Wolf Parade ou Shearwater), gage non seulement de qualité mais de stature internationale.

Junior est un exemple typique d’une pollinisation croisée réussie entre l’excellence indie canadienne et l’emploi d’une langue qui pourrait apparaître comme incongru dans un contexte musical pareil. La voix est d’ailleurs très en retrait. On doit tendre l’oreille pour comprendre et bon, c’est le style qui veut ça. On n’est clairement pas chez leur voisin de Pierre Lapointe.

Topographe est le genre de dream-pop des grands espaces et aux voix aériennes qu’on a déjà rencontré chez leurs voisins de The Besnard Lakes et ils établissent le même décor sur le langoureux morceau final. Pour le reste, c’est un album nerveux et ramassé où on note des influences kraut et de la tension sur Domino qu’ils arrivent à mêler à leur musique de base. Ca part sans qu’on ne se rende compte de rien.

La dream-pop dense d’Agent Double est le genre de morceau qui doit sans doute beaucoup à Deerhunter. Une fois constatée, cette référence revient souvent en tête par cette propension à mêler des genres sans jamais se départir de sa personnalité. Avouez que c’est un compliment rare. On le constate, ça valide pas mal de genres et de manières qui sont appréciées de la maison. Leur tension leur permet de rendre le tout assez homogène, les différences se faisant à la marge. La différence étant dans le dosage subtil d’une basse est en avant (Goldie), d’un riff de guitare plus anguleux (Junior) pour modeler ce post-punk. L’évocation de déplacements et de guerres indiennes de Grand Cheval apportant une dose de mélancolie au tout.

On écoute donc Corridor parce que Junior est un fort bon album de dream-pop tout à fait à la hauteur de ce qu’on attend d’un album du genre, urgent et intense. Qu’il soit chanté en français est dans ce contexte un supplément d’originalité et de personnalité qu’on salue et recommande.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Sylvain Fesson - Origami

    La recherche de l’inouï est un des nombreux carburants de cet étrange hobby de critique musicale. Cette épithète n’est d’ailleurs pas à prendre dans l’acception de sensationnel mais de jamais entendu. Ou du moins pas comme ça. Et c’est précisément ce qu’offre cet album de Sylvain Fesson. Et c’est pourquoi on fait une exception nécessaire à l’habitude de ne critiquer que l’actualité. Parce qu’il serait (...)

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)