Accueil > Musique > 2019 > Corridor - Junior

Corridor - Junior

mercredi 6 novembre 2019, par Marc


Evidemment il y a maintenant des formations comme Baden Baden ou Volin mais il y a depuis un petit temps des groupes canadiens pour faire autre chose en français. Avec des réussites (les bons moments de Malajube ou Karkwa) ou moins (Pas Chic Chic). Il n’est à cet égard pas anodin de noter que Corridor est signé sur l’indispensable Sub-Pop de Seattle (qui a non seulement découvert Nirvana mais aussi fourni Fleet Foxes, The Shins, Band of Horses, Wolf Parade ou Shearwater), gage non seulement de qualité mais de stature internationale.

Junior est un exemple typique d’une pollinisation croisée réussie entre l’excellence indie canadienne et l’emploi d’une langue qui pourrait apparaître comme incongru dans un contexte musical pareil. La voix est d’ailleurs très en retrait. On doit tendre l’oreille pour comprendre et bon, c’est le style qui veut ça. On n’est clairement pas chez leur voisin de Pierre Lapointe.

Topographe est le genre de dream-pop des grands espaces et aux voix aériennes qu’on a déjà rencontré chez leurs voisins de The Besnard Lakes et ils établissent le même décor sur le langoureux morceau final. Pour le reste, c’est un album nerveux et ramassé où on note des influences kraut et de la tension sur Domino qu’ils arrivent à mêler à leur musique de base. Ca part sans qu’on ne se rende compte de rien.

La dream-pop dense d’Agent Double est le genre de morceau qui doit sans doute beaucoup à Deerhunter. Une fois constatée, cette référence revient souvent en tête par cette propension à mêler des genres sans jamais se départir de sa personnalité. Avouez que c’est un compliment rare. On le constate, ça valide pas mal de genres et de manières qui sont appréciées de la maison. Leur tension leur permet de rendre le tout assez homogène, les différences se faisant à la marge. La différence étant dans le dosage subtil d’une basse est en avant (Goldie), d’un riff de guitare plus anguleux (Junior) pour modeler ce post-punk. L’évocation de déplacements et de guerres indiennes de Grand Cheval apportant une dose de mélancolie au tout.

On écoute donc Corridor parce que Junior est un fort bon album de dream-pop tout à fait à la hauteur de ce qu’on attend d’un album du genre, urgent et intense. Qu’il soit chanté en français est dans ce contexte un supplément d’originalité et de personnalité qu’on salue et recommande.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Benjamin Biolay - Saint-Clair

    Rester au sommet est, paraît-il, plus compliqué que de s’y hisser. Ne sachant rien du succès, on va croire le poncif sur parole. S’il en est un qui peut se targuer d’être au faîte de la chanson française c’est bien Benjamin Biolay. Et pour y rester, on va dire qu’il a décidé de jouer sur ses qualités.
    Comme sur l’excellent Grand-Prix, le début de cet album est percutant. Les Joues Roses et Rends L’Amour ! sont deux morceaux immédiats et plutôt irrésistibles, têtes de gondoles évidentes de ce Saint-Clair. (...)

  • Pomme – Consolation

    On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) (...)

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)