Accueil > Critiques > 2005

Guapo : Black Oni

lundi 21 août 2006, par marc


Du rock progressif. Déjà on s’étonne. Instrumental. Là, on panique. Et on a tort. Car rien ne vaut l’absence de voix pour installer des climats, vu que l’enjeu du couplet-refrain-bridge n’a plus de sens. Ici, le côté austère de la pochette est encore renforcé par le nom des morceaux, qui sont juste des numéros de I à V.

Le I fait semblant de nous apaise, en nous inquiétant quand même. Et puis c’est le déluge, un peu comme si Angel Dust de Faith no more (on est sur le label de Mike Patton, d’ailleurs...) était un instrumental de 15 minutes. Le II inquiète plus par la qualité que par le climat. En effet, les guitares ’gothiques’ ne sont pas du meilleur goût.

Le morceau poétiquement appelé III est apaise jusqu’à ce qu’une guitare viennent imprimer un tempo mais un peu comme si le groupe se laissait griser par cette apparition, comme si elle venait d’ailleurs. Le psychédélisme le plus classique, celui du Pink Floyd de Syd Barrett, un morceau comme Interstellar Overdrive pour fixer les idées de ceux à qui cette référence dit quelque chose. On a donc un psyché sombre et le mélange prend (enfin). Les meilleurs moments de l’album sont à venir, comme IV et son apaisement délirant (sisi) et V pour ses improvisations sur fond de musique tendue.

Si vous abordez la musique instrumentale dite post-moderne, je vous conseille tout de même plutôt le TNT de Tortoise, mais ceci constitue une excellente musique de fond si vous devez prendre les poussières de votre appartement gothique. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Explosions in the Sky - End

    Même si tous les styles et mélanges potentiels coexistent actuellement, force est de constater que certains ont perdu de leur vigueur. Très présent en nos colonnes il y a plusieurs années, le post-rock s’est fait plus rare. Et pas à cause d’un revirement de nos goûts, c’est l’offre qui s’amenuise. L’effet positif sans doute, c’est que les sorties ont plus de chances de se singulariser. Comme par exemple (...)

  • Sigur Rós - Átta

    Avis important pour les artistes : si vous comptez entamer un hiatus, arrangez-vous pour le faire après un bon album. C’est la bonne idée de la formation islandaise qui nous avait laissés en 2013 sur l’excellent Kveikur. Depuis, on savait le projet un cocon, notamment avec le départ de certains membres. Evidemment, on avait suivi les aventures solo du chanteur Jónsi Birgisson mais rien n’indiquait (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Dark Minimal Project – Ghost of Modern Times

    Dark Minimal Project. Rarement un nom de formation n’a sonné autant comme une déclaration d’intention. A l’instar du post-rock il y a dix ans dont les représentants qui se succédaient à une allure folle, les groupes cold-wave semblent maintenant se bousculer dans la boîte mail. On retrouve la même difficulté à les différencier, à les classer pour mieux en parler. Mais bon, s’il y a toujours un cahier des (...)

  • Zola Jesus - Arkhon

    Au début, il était facile de voir Nika Roza Danilova comme une version moderne de Siouxie mais elle a vite fait craquer ce carcan. Sans doute encore plus aujourd’hui qu’elle n’est plus seule aux commandes mais peut compter sur l’aide du producteur Randall Dunn et du batteur Matt Chamberlain qui a collaboré avec rien moins que David Bowie, Bob Dylan, Bruce Spingsteen, Of Montreal ou Rufus (...)