Accueil > Musique > 2019 > Low Roar - Ross

Low Roar - Ross

jeudi 19 décembre 2019, par Marc


Quatrième album pour autant de critiques pour le projet de Ryan Karazija. On se rappelle rapidement pourquoi on s’est tellement entichés de lui. Pas en toute première écoute cependant, il faut laisser un peu de temps pour que les morceaux percent, ce qui est un effet secondaire connu de ce genre de musique.

On est habitués à prendre son temps pour découvrir un Patrick Watson ou un Bon Iver, les deux étant des points de référence en terme de style et de qualité. Il assume des racines plus folk que Patrick Watson et moins de recherche formelle que Bon Iver. C’est en gros comme ça qu’on peut circonscrire son style. Mais le style est une chose, il faut surtout des morceaux pour qu’il s’exprime.

Il y a ici aussi une voix de tête d’une douceur imparable, moins expressive (plaintive ?) qu’un Perfume Genius par exemple. Il s’en dégage une très belle douceur (Darkest Hour), reposant notamment sur des mélodies belles (Slow Down) ou à la simplicité désarmante (Not Around). S’il peut rester très folk et acoustique et être convaincant sur Blue Eyes, il peut aussi monter sur Feel Like Dying ou proposer un intense chorus musical sur I’ll Make You Feel. Si le morceau lui-même est proche de ce qu’on a pu entendre du côté de Perfume Genius, la façon de s’affranchir de l’apesanteur ressemble plus à ces orfèvres nordiques. On retrouve cette intensité quand The Machine prend son envol sur une voix vocodée. La fin plus électrique d’Empty House nous rappelle quant à elle des choses comme Department of Eagles.

On ne se lasse décidément jamais de la délicatesse. Celle de Low Roar nous est précieuse et on se replonge avec délice album après album dans cette bienfaisante douceur. Il arrive de plus toujours à glisser plus d’intensité qu’on ne le détecte de prime abord, nous poussant à revenir encore et encore vers lui.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)