Accueil > Musique > 2019 > Shearwater + Friends - The Berlin Trilogy

Shearwater + Friends - The Berlin Trilogy

vendredi 17 janvier 2020, par Marc


Pour quoi faire un album et pour qui ? C’est une question essentielle qui n’appelle pourtant que peu de commentaires. Dans le cas de ces reprises, à priori aussi proches des versions originales, et disponibles de façon limitée, on peut dire que le plaisir est le principal moteur. Il y a un an tout pile sortait cet étrange objet numérique, issu de l’enregistrement de trois soirs de suite au Winter Garden Atrium of Brookfield Place de New York pour interpréter en live la légendaire trilogie berlinoise de David Bowie.

Jonathan Meiburg était pour l’occasion entouré de ses collaborateurs habituels Emily Lee, Sadie Powers, Josh Halpern et Lucas Oswald mais aussi de Jamie Stewart (Xiu Xiu), Ed Rodriguez (Deerhoof), Dan Duszynski (Loma->2141) et rien d’autre que Carlos Alomar, guitariste et producteur de celui qui nous manque tant.

Non, Shearwater ne s’est pas transformé en groupe de reprises même si on connaissait déjà le Lodger repris en intégralité et sur scène. A priori, ces chefs-d’œuvre absolus de David Bowie sont plutôt éloignés de son univers, surtout si on considère leurs débuts. Pourtant c’est une inspiration revendiquée (comme Talk Talk par exemple). Mais se frotter à de tels chefs-d’oeuvre impose l’excellence, sinon on risque le ridicule. Assurer musicalement n’est pas un plus, c’est une nécessité absolue pour que ces compositions complexes ne virent pas d’emblée au gloubiboulga.

On retrouve ainsi toute ma densité sonore exceptionnelle d’African Night Flight et jamais on n’a l’impression que la formation ‘court derrière’. Savant mélange de groove et de force électrique, la musique de Lodger montre que Bowie a toujours su s’entourer de pointures parce qu’il n’avait pas le choix pour donner vie à des compos pareilles. Pas la peine d’en faire des caisses donc, de vouloir dévier de l’original.

Au-delà de l’admiration sans borne pour Jonathan Meiburg, il est impeccable et son engagement sur le percutant Joe The Lion est irréprochable. On notera aussi le solo distordu de Boys Keep Swinging. Le plus étonnant, c’est que si les voix de Bowie et Meiburg ne sont pas vraiment les mêmes, on a la distance voulue pour que ce ne soit jamais un pastiche mais la bonne proximité pour ne pas détourner l’attention. Friandise absolue, on a Jamie Stewart de Xiu Xiu sur quelques titres. Ça marche évidemment sur Repetition et le comparse le temps de Blue Water, Black Death (Meiburg l’accompagne sur la route ce printemps comme musicien de Xiu Xiu) est parfaitement à la place sur Always Crashing In The Same Car, Beauty and the Beast et puis Heroes dont il magnifie vraiment la fin par un engagement total.

Evidemment, cet album résonnera avec une tonalité bien personnelle en fonction de votre vécu avec ces œuvres. C’est un retour bien en arrière que m’ont proposé Heroes et Low. Peu fréquenté ces dernières années, il tient avec une facilité dérisoire le poids des ans malgré ou grâce à son étrangeté et ses longues plages instrumentales. Il confirme aussi que Lodger est bien mieux qu’un outsider. Sound and Vision est toujours aussi marquant avec son air de ne pas y toucher.

Bowie nous manque, on le sait et ça se confirme jour après jour. Mais comme tout artiste marquant, son œuvre lui survit. Au-delà des enregistrements il y a aussi cette possibilité de réinterprétation, ce qui la rapproche de la musique ‘savante’ (par opposition avec la musique simplement ‘enregistrée’), statut mille fois mérité.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

7 Messages

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)