Accueil > Musique > 2019 > Yann Tiersen - Portrait

Yann Tiersen - Portrait

mardi 21 janvier 2020, par Marc


Cet album de Yann Tiersen est une copieuse (25 titres) relecture en mode analogique de morceaux existants plus trois inédits. A qui s’adresse-t-il ? C’est compliqué à définir, on ne peut pas l’appréhender comme un best-of puisqu’il ne reprend pas tous ses morceaux emblématiques (il en a d’ailleurs sorti un en 2018). Il n’est pas non plus en panne d’inspiration non plus puisqu’il avait sorti un album en bonne et due forme quelques mois auparavant.

Mais comme on suit le Breton depuis 20 ans, on passe outre cette question et on prend du plaisir à réécouter ces morceaux et on a surtout l’envie de se replonger dans plusieurs hauts faits de sa discographie. Sont aux rendez-vous quelques moments forts et classiques comme La Dispute, témoins de son sens sens mélodique renversant. Un petit Rue Des Cascades ou The Wire fait toujours son effet.

Pour retravailler certains morceaux, il y a de nouvelles collaborations permettent de donner une nouvelle coloration à certains morceaux. Il a toujours un beau carnet d’adresses et ici, il est allé chercher de nouveaux noms. Quand Gruff Rhys reprend le rôle de Dominique A sur Monochrome, c’est forcément différent. Et puis c’est évidemment une bonne idée d’utiliser Blonde Redhead sur Closer. On retrouve sa fille Emilie Tiersen sur un Gwennilied qu’on devine Breton. C’est une de ses marottes plus récentes, plus ambient, qui prend ici plus de densité mais n’atteint pas le niveau d’émotion suscité par les autres morceaux plus marquants de sa discographie. Pell avait déjà été identifié comme une des réussites de cette manière-là. On ne sait pas qui chante sur Chapter 19 et cette montée est bien belle.

Retrouvailles pour beaucoup, découverte possible pour d’autres, ce Portrait du Finistérien est un petit supplément qui ne se refuse pas. Il s’adresse sans doute plus à l’amateur/trice qu’à celui qui découvre la toujours intéressante discographie de Yann Tiersen. A ces derniers/ères on conseillera sans doute le double live C’était Ici.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Yann Tiersen - Portrait 22 janvier 2020 06:34, par Laurent

    Je trouve que divers morceaux sur cette anthologie hybride surpassent les versions originales ; bien sûr, c’est valable pour les morceaux plus récents et non pour les grands classiques cités. Sauf erreur, c’est le collaborateur récurrent Ólafur Jákupsson qui pose son flow sur Chapter 19. À titre anecdotique, c’est en me ré-enthousiasmant à l’écoute de ce "Portrait" que je me suis replongé dans la disco "bretonne" de Yann Tiersen, qui m’avait un peu perdu ces dernières années. À tort, comme il l’affirme de belle façon ici.

    repondre message

    • Yann Tiersen - Portrait 24 janvier 2020 13:57, par Marc

      Oui, l’intérêt de l’album est manifeste, toutes les versions sont soignées et la sélection est représentative de toutes ses périodes. Pour ma part, je suis allé réécouter le live ’C’était Ici’ et tout tient encore remarquablement la rampe.

      repondre message

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)