Accueil > Musique > 2020 > Camilla Sparksss - Brutal Remix

Camilla Sparksss - Brutal Remix

vendredi 21 février 2020, par Marc


Dans le merveilleux monde des émissions télévisées de concours culinaires, un poncif est de revisiter des recettes. Alors on déstructure de la salade niçoise, on réinterprète la choucroute, quitte à rester dans les clous ou au contraire proposer un plat qui n’a plus rien à voir avec son appellation. Le remix est identique dans la démarche et la versatilité des résultats.

La claque de l’album de Camilla Sparksss sorti l’an passé nous cuit encore. A un tel point qu’il nous semblait pertinent et souhaitable d’en reprendre une ration, même revisitée. Première constatation, les morceaux gardent leur pouvoir de fascination, et semblent en inspirer beaucoup. Evidemment, si c’est parfois vitaminé, on évite toute bourrinade EDM. On n’est pas à Tomorrowland quoi.

Les colorations sont forcément différentes, montrant la diversité des intervenants. Vadim Vernay rendant Psycho Lover plus claustrophobe que vraiment énervé et Sorry carrément pointilliste. Bit Tuner semble formater Messing With You pour le faire entrer dans un mix de Border Community alors qu’il devient carrément abstrait et instrumental sous les coups de Dälek. Si certains restent plus linéraires dans leurs versions (Womanized par Rebeka Warrior), gardant la structure et se concentrant sur les textures (Womanized par Sonoplasta), d’autres choisissent de pousser plus loin les gimmicks. C’est l’option choisie par Kevin Shea sur Walt Deathney. Les traitements peuvent rendre les morceaux carrément abstraits (Are You OK par Texture droite) ou grandiloquents (Forget par Monte Mai).

Il est aussi intéressant de noter que certains morceaux reçoivent plusieurs traitements comme So What qui se plie très bien à l’exercice. Xelius reste plus dans l’esprit initial du morceau, ajoutant un peu de rondeur tout en conservant l’aspect percussif et c’est réussi. Isolated lines ajoute quant à lui un gros beat entêtant et sudoripare alors que les breakbeats fournis par Toh Imago nous rappellent qu’on n’entend plus de drum‘n bass depuis des années. On est même dans l’electro vintage So What quand Bitter Moon s’y frotte, avec une belle petite montée psychédélique à la clé.

Si vous ne connaissez pas encore la matière brute de ces remixes, c’est la priorité absolue pour l’heure qui vient. Pour ceux qui ont déjà découvert et forcément apprécié, ceci est un petit supplément qui ne se refuse pas. Evidemment, avaler les seize titres le matin à jeun n’est pas la posologie idéale mais cette bien belle matière première semble en inspirer beaucoup.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Camilla Sparksss - Brutal Remix 22 février 2020 11:25, par Laurent

    Bravo Marc. Ton "ovule de gallinacé et sa valse de mouillettes au beurre salé" sublime l’œuf à la coque. C’est gourmand, c’est croquant, et on y ressent toute la palette de tes émotions. Comment ? L’album ? Ah oui, je vais écouter ça maintenant...

    repondre message

    • Camilla Sparksss - Brutal Remix 24 février 2020 13:32, par Marc

      Si je dois partir sur une critique, je veux que ce soit une critique faite avec tout mon coeur, où j’ai tout donné. J’espère que le jury appréciera. Sinon, je n’ai pas eu le temps de faire un cromesqui...

      repondre message

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)