Accueil > Musique > 2020 > Destroyer - Have We Met

Destroyer - Have We Met

lundi 24 février 2020, par Marc


On sait qu’on écoute un album de Destroyer après approximativement une seconde et demi. C’est ce qui se produit ici et on se retrouve toujours chez soi. Ou plutôt chez lui. Et ses meubles ont changé de place. C’est que le Canadien Dan Bejar a beau avoir un ton bien à lui, pratiquer une musique toujours sophistiquée, élaborée et très adulte, il réserve toujours des surprises et sa discographie n’est pas linéaire, loin s’en faut.

Si vous l’avez vu sur scène, vous savez que musicalement, Destroyer c’est non seulement pléthorique mais splendide. Le procédé est ici totalement à contre-courant puisque l’album a été concocté musicalement par son collaborateur de longue date John Collins chez lui, dans son coin à Seattle, à partir de démos et pistes sonores enregistrées par Dan Bejar. Il a notamment incorporé des pistes de sax des sessions Kaputt et de la trompette de Poison Season. Les guitares ont été ajoutées par Nicolas Bragg. Si le résultat est forcément plus synthétique, il n’en est pas minimaliste pour autant. Et paradoxalement, il est moins froid que Kaputt. Il faut dire que l’inspiration avouée (Bjork, Air, Massive Attack) vient des années 2000, pas 1980.

My disposition, in spite what they say/Improves

Alors que l’adhésion avait été rapide sur les deux derniers (et n’était jamais venue sur le pourtant très bien noté Kaputt), il a fallu un peu de temps pour celui-ci. Le temps d’au moins entendre les textes et d’en savourer l’étrangeté qui jamais ne semble de la pose. On ne va pas se mentir, on ne peut pas dire qu’on comprend toutes les métaphores opaques de la poésie étrange de Dan Bejar, mais on reste un peu fascinés. Snobisme ? On n’en sait trop rien, par contre, on est certain de la subjectivité qui accompagne notre attachement.

Pourtant, ça part très fort avec un Crimson Tide des grands soirs, envoûtant, noir et dense. Cette façon de faire peut aussi faire prendre du galon électrique à un morceau plus désolé comme Kinda Dark, apportant densité et texture. Comme prévu, les synthés sont de sortie (It Just Doesn’t Happen) et le résultat est propre et ample (Cue Synthesizer). Et s’il semble règler des comptes sur un The Television Music Supervisor qui donne un ton moins enthousiasmant à l’ensemble, il garde une forme d’humour personnelle. Par exemple, la plage titulaire est un morceau instrumental.

Just look at the world around you/Actually, no, don’t look.

Ecouter de la musique et en parler est une expérience à la fois émotive et intellectuelle et Dan Bejar joue depuis toujours sur les deux tableaux. Qu’on se laisse porter par la musique ou sa diction unique ou qu’on se penche sur des textes un peu opaques mais fascinants, on apprécie, à chaque fois.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)