Accueil > Musique > 2020 > O.R.A. - Of Paint and Gold

O.R.A. - Of Paint and Gold

mercredi 4 mars 2020, par Marc


On ne va pas se mentir, la première écoute de ce premier album du quintette bruxellois a plu tout de suite mais n’a pas encore impressionné. Et puis c’est venu, d’un coup d’un seul. Le bon moment, le bon état d’esprit ? Sans doute. Mais c’est surtout un album éminemment discret, aux textures travaillées. Ce n’est pas nonchalant pour autant, la densité est là dès Time.

La voix de tête masculine, très éthérée et présente d’emblée est une vraie force et sa façon louable de ne pas en faire des caisses vous laisse le temps d’aller vers elle. On n’est pas pris de court, c’est ce qu’on entendra sur cet album. C’est en pleine conscience qu’Infinity ne vire pas dans l’héroïsme. Il y a tout pour en faire un morceau épique pourtant mais il ne viendra pas vous chercher à force d’effets. On retiendra donc en priorité les pmages où ils semblent sortir de leur coquille comme Moments. Ils peuvent de toute façon profiter de fortes mélodies et de cordes (Heavenly Body) pour nous gratifier de magnifiques élégies (Fullness).

Évidemment, les références à Radioheadseront difficiles à éviter sur Extase (cette basse, cette syncope) mais au moins ne sont-elles pas trop littérales. Et puis c’est un des moments les plus clinquants, qui claquent le plus et on les retrouve avec plaisir ici. Il y a plus de densité que de bruit sur Sending Signals et ça fonctionne indéniablement.

Tout coule dans l’oreille sur ce premier album d’O.R.A. (pour Organic Random Atmosphere). Le parti-pris non spectaculaire rend leur foisonnement étonnamment fluide. Discret et subtil, il vous attend, là, vous tombera sur la tronche si vous êtes prêts. C’est tout le mal qu’on vous souhaite.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)