Accueil > Critiques > 2020

Romann - Saint Cast

mardi 21 avril 2020, par marc


“La musique, c’est le rythme. Ceux qui disent que c’est le son ils lavent leurs pieds avec leurs chaussettes.”

C’est cette citation mémorable d’Arno qui m’est revenue en mémoire en écoutant Romann. Parce que s’il y a quelque chose qui fait la différence ici, c’est le son. Non qu’il soit exceptionnel d’originalité mais dans un contexte de chanson française il n’est pas si courant et vraiment en phase avec le propos.

On pense à de la variété française un peu langoureuse (celle de Julien Doré ou Luke Anger) mais cette courte impression s’étiole bien vite quand on est pris par le son cotonneux, la pulsation de certains claviers, la guitare avec reverb’ pour ce premier morceau qui évoque ses origines bretonnes.

Il faut se laisser emporter, le séquencement de l’album est fait pour nous entraîner progressivement. Parce que ces quatre titre tout en langueur tirent le meilleur parti de ce son qui était fort en vogue il y a quelques années et qu’on retrouve avec plaisir, culminant sur la belle mélancolie d’Instant t. On ne peut pas dire qu’on découvre des artistes francophones toutes les semaines et s’il faudra un peu de temps pour voir s’il a le brillant et la constance d’un Baden-Baden ou d’un Volin, le ton personnel de Romann est une chouette découverte.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)