Accueil > Critiques > 2020

Th/s /s Sh/t - ///

lundi 4 mai 2020, par marc


Après deux EP bien saignants, l’effet de surprise de Th/s /s Sh/t n’est plus là. A la place, c’est une attente en bonne et due forme qui la remplace. Comme certains de ces titres existaient déjà sous d’autres formes, on garde les mêmes références pour le trio français. On pense ainsi toujours à Digitalism (///).

Et oui, ça pulse toujours (Ecstasy). L’emploi d’un son guitaresque avec de la distorsion ramène plutôt à Vitalic. C’est un peu plus discret cela dit, plus proche d’une énergie rock qu’électro, avec d’imparables giclées d’euphorie avec Amphétamine. Nouvelles en leur chef sont par contre les tendances breakbeat à la Prodigy (Hemp). On ne sait pas à ce stade si ce sont nos références qui datent ou si c’est assumé (les deux, vraisemblablement). Ceci peut-il fonctionner sur de plus jeunes audiences ? On gage que oui, l’énergie dégagée est telle qu’elle transcende les modes.

Les transition ne portent pas toujours bien leurs noms, il s’agit en fait de morceaux plus courts développant une idée ou un gimmick. Sans être des plages de relaxation, elles font un peu retomber la pression. On écoute un album ici, ce n’est pas un live dans un club ou une plaine de festival. Et ces morceaux-là aussi dégagent une énergie plus punk quand les sons sont plus gratteux (Transition 1.4).

Le passage des EP à l’album s’est donc fait sans heurt, sans changement radical de style. Cette plus copieuse livraison permet à ce groupe d’étendre un peu ses influences et de montrer que leurs réserves d’énergies sont pour le moins renouvelables. Quand on se remettra à s’agiter, on sait qu’on comptera sur eux.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Th/s /s Sh/t - /// 6 mai 2020 06:32, par Laurent

    "On ne sait pas à ce stade si ce sont nos références qui datent ou si c’est assumé" : eh ben rien à faire, moi aussi j’ai vraiment eu l’impression d’écouter un vieux Prodigy sur Hemp. Si ça c’est pas sciemment hyper référencé, je veux bien brûler mon exemplaire de "Music for the Jilted Generation"  ! Découverte sympathique en tous les cas...

    repondre message

    • Th/s /s Sh/t - /// 17 mai 2020 17:50, par Marc

      Sans doute que le moment est propice à quelques plaisirs régressifs comme celui-ci. Retrouver des traces d’une énergie oubliée m’a bien fait plaisir en tout cas.

      repondre message

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)