Accueil > Critiques > 2020

Mauvais - Tout Va Bien

vendredi 8 mai 2020, par marc


Il y a plusieurs définitions de l’amitié mais on conviendra qu’on aime être proche des gens avec qui on peut rire mais aussi se confier. Sans aller jusqu’à dire que Mauvais est un ami, leur message doux et amer, amusant parfois et souvent moins remplit un album à plusieurs visages, avec un sourire de façade (et un nom) qui trahissent plus de pudeur que d’envie de gaudriole.

Un groupe belge qui s’appelle Mauvais qui sort un album intitulé Tout Va Bien le 1er avril en plein confinement généralisé, on peut dire qu’il maîtrise l’ironie et le second degré. On le savait depuis le formidablement nommé Pour Toi Je Peux Devenir Gérard Depardieu. D’ailleurs, le pendule entre le premier et le second est la ligne directrice de leur discographie et de cet album.

Le premier domine sans surprise, épicé d’un décalage (mot fourre-tout mais inévitable en l’espèce). On passe de l’un à l’autre avec fluidité, profitant au passage d’une belle versatilité. Un bel éclectisme que l’élasticité vocale ne permet pas toujours. On passe ainsi du naturalisme mâtiné de violon sur Constantin au soleil musical sur Pas Mauvais. Le liant est aussi apporté par une belle utilisation de l’énumération, de l’idée déclinée à l’envi (Compliqué). Le groove est de sortie sur Vieux Bandit et quand ils se lancent dans une chanson d’amour touchante, il y a des surgissements.

Mais son sourire sur les terrils de Charleroi (Tout Simenon)

Et puis l’album dévie, prend au passage une tenace mélancolie avec le presque crooner Dormir Ici. Mais le minimalisme de J’ai Trahi n’est que temporaire avant que le morceau ne reparte pour de bon. Ces climats sont aussi souvent bien captés. Dans un contexte pareil, difficile de trouver des ressemblances littérales, et c’est tant mieux. On pense parfois à Mickey 3D mais Rire et Chansons est plus proche du romantisme noir de Jacques Duvall. C’est vraiment pour l’anecdote qu’on pense à Zombie sur le final intense Fantôme.

Le fort à propos On a Connu Pire est sans doute avec le contexte de la sortie et son lancinant gimmick la pièce marquante de ce second album. C’est d’autant plus remarquable que ça n’a pas pu être prémédité. Ce groupe au nom impossible mais tenace vient donc confirmer l’attachement qu’on avait pour lui et montre qu’il est le seul à faire ce qu’il fait. Et à le faire très bien.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Sylvain Fesson - Origami

    La recherche de l’inouï est un des nombreux carburants de cet étrange hobby de critique musicale. Cette épithète n’est d’ailleurs pas à prendre dans l’acception de sensationnel mais de jamais entendu. Ou du moins pas comme ça. Et c’est précisément ce qu’offre cet album de Sylvain Fesson. Et c’est pourquoi on fait une exception nécessaire à l’habitude de ne critiquer que l’actualité. Parce qu’il serait (...)

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)