Accueil > Musique > 2005 > Katerine : Robots Après Tout

Katerine : Robots Après Tout

lundi 21 août 2006, par Marc


C’était il y a onze ans. Katherine sortait un album intitulé L’éducation anglaise. On le voyait en pull moulant style Le prisonnier et la musique était kitsch easy-listening comme beaucoup de productions semi alternatives de l’époque. Avec sa soeur Bruno (en jouant au docteur on devait pas bien savoir qui faisait quoi) ils parlaient d’histoires légères, de Janie Longo. Puis j’avoue que je l’avais un peu perdu de vue, à part le fort délicat Je suis dans la merde et je vous emmerde.

Le premier contact avec un album se fait via la pochette et là, on le voit moulé dans un pull rose du plus bel effet. De plus Le titre se moque visiblement du dernier (et pas terrible) Daft punk et déjà là je souris car sans tomber dans la gaudriole, il ne faut prendre le tout au second degré. Ce qui est aisé vu le côté hénaurme de la chose.

De même, du côté musical, c’est le manuel du parfait petit emmerdeur puisque des arrangements sont parfois à la limite de la variété, en tous cas au moins passe-partout. Et ça va de tentatives electroclash cheap (Borderline, Excuse-moi qui traite d’un sujet déjà traité par Miossec ou Florent Marchet) à une presque pastiche de Polnareff, donc plus rigolo et supportable que l’original (Numéros), voire l’album qu’à commis Houellebecq (Le train de 19h00), en plus délirant cependant.

Finalement, certains titres pourraient bien nous faire danser un jour (Au Louxor et son gimmick de coupage de son) et le flippant Marine Le Pen est vraiment réussi aussi. Au jeu toujours hasardeux des comparaisons, j’oserais qu’il pourrait être le fils caché des Brochettes et de M ?

C’est parfois n’importe quoi (100% VIP), voire même complètement énervant (Titanic, 11 septembre) mais c’est rigolo et pas tellement courant. Indispensable juste parce qu’il n’existe pas vraiment d’équivalent. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Benjamin Biolay - Saint-Clair

    Rester au sommet est, paraît-il, plus compliqué que de s’y hisser. Ne sachant rien du succès, on va croire le poncif sur parole. S’il en est un qui peut se targuer d’être au faîte de la chanson française c’est bien Benjamin Biolay. Et pour y rester, on va dire qu’il a décidé de jouer sur ses qualités.
    Comme sur l’excellent Grand-Prix, le début de cet album est percutant. Les Joues Roses et Rends L’Amour ! sont deux morceaux immédiats et plutôt irrésistibles, têtes de gondoles évidentes de ce Saint-Clair. (...)

  • Pomme – Consolation

    On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) (...)

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)