Accueil > Musique > 2005 > Katerine : Robots Après Tout

Katerine : Robots Après Tout

lundi 21 août 2006, par Marc


C’était il y a onze ans. Katherine sortait un album intitulé L’éducation anglaise. On le voyait en pull moulant style Le prisonnier et la musique était kitsch easy-listening comme beaucoup de productions semi alternatives de l’époque. Avec sa soeur Bruno (en jouant au docteur on devait pas bien savoir qui faisait quoi) ils parlaient d’histoires légères, de Janie Longo. Puis j’avoue que je l’avais un peu perdu de vue, à part le fort délicat Je suis dans la merde et je vous emmerde.

Le premier contact avec un album se fait via la pochette et là, on le voit moulé dans un pull rose du plus bel effet. De plus Le titre se moque visiblement du dernier (et pas terrible) Daft punk et déjà là je souris car sans tomber dans la gaudriole, il ne faut prendre le tout au second degré. Ce qui est aisé vu le côté hénaurme de la chose.

De même, du côté musical, c’est le manuel du parfait petit emmerdeur puisque des arrangements sont parfois à la limite de la variété, en tous cas au moins passe-partout. Et ça va de tentatives electroclash cheap (Borderline, Excuse-moi qui traite d’un sujet déjà traité par Miossec ou Florent Marchet) à une presque pastiche de Polnareff, donc plus rigolo et supportable que l’original (Numéros), voire l’album qu’à commis Houellebecq (Le train de 19h00), en plus délirant cependant.

Finalement, certains titres pourraient bien nous faire danser un jour (Au Louxor et son gimmick de coupage de son) et le flippant Marine Le Pen est vraiment réussi aussi. Au jeu toujours hasardeux des comparaisons, j’oserais qu’il pourrait être le fils caché des Brochettes et de M ?

C’est parfois n’importe quoi (100% VIP), voire même complètement énervant (Titanic, 11 septembre) mais c’est rigolo et pas tellement courant. Indispensable juste parce qu’il n’existe pas vraiment d’équivalent. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)