Accueil > Musique > 2020 > This Will Destroy You - Vespertine

This Will Destroy You - Vespertine

vendredi 12 juin 2020, par Marc


Les musiques de film, on connait bien. On a connu aussi des musiques pour installations artistiques. Mais les musiques pour restaurant, c’est sans doute une nouveauté. Certes, il y a de nombreux exemples de design sonore dont certains sont célèbres comme le Music For Airports de Brian Eno mais c’était plus une déclaration d’intention (et un des actes de naissance de l’ambient) qu’une véritable utilisation.

Les Texans de This Will Destroy You (maintenant un duo composé de Jeremy Adam Galindo and Christopher Royal King) ont donc composé sept morceau pour l’établissement Vespertine tenu par le chef étoilé Jordan Kahn. Chaque morceau est destiné à une pièce particulière du bâtiment et le séquencement suit la progression du client dans son expérience culinaire mais pas que. De plus, comme chaque musique est jouée dans un espace différent, il a fallu s’assurer qu’elles se mariaient quand on en entend plus d’une. Non, je n’ai pas tenté l’expérience avec plusieurs diffuseurs...

On connaissait le talent du groupe à façonner des structures sonores qui étaient leur spécificité dans un monde post-rock plus classique. Comme il y a des chances qu’on ne se rende jamais à Culver City, Californie, on va se contenter des évocations qu’un album aussi apaisé suscite. Luxe, calme et volupté donc. Il parait que le bâtiment génère son propre son, un bourdonnement caractéristique qui frappe le visiteur. La lente respiration de ceci devrait lui répondre en tous cas.

Il y a de discrets arpèges de guitare (Kitchen) mais évidemment pas l’impressionnant magma sonore dont ils ont pu faire montre par le passémais qui rehaussent des nappes de clavier. Cet emploi de guitares les distingue de la musique de relaxation pure et évoque des choses qu’on pu faire Eluvium.

Non, ça ne donne pas spécialement faim. Non, il est impossible de découvrir la destination de ces morceaux quand on l’ignore mais oui, les Texans maîtrisent l’exercice, à n’en pas douter et le résultat est un album d’ambient avec des touches de post-rock qui pourra définitivement habiller vos prochains repas quand il sera redevenu de l’ordre des choses d’inviter des gens à dîner.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membre de C’Mon Tigre dont on vous a parlé récemment) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)