Accueil > Musique > 2020 > This Will Destroy You - Vespertine

This Will Destroy You - Vespertine

vendredi 12 juin 2020, par Marc


Les musiques de film, on connait bien. On a connu aussi des musiques pour installations artistiques. Mais les musiques pour restaurant, c’est sans doute une nouveauté. Certes, il y a de nombreux exemples de design sonore dont certains sont célèbres comme le Music For Airports de Brian Eno mais c’était plus une déclaration d’intention (et un des actes de naissance de l’ambient) qu’une véritable utilisation.

Les Texans de This Will Destroy You (maintenant un duo composé de Jeremy Adam Galindo and Christopher Royal King) ont donc composé sept morceau pour l’établissement Vespertine tenu par le chef étoilé Jordan Kahn. Chaque morceau est destiné à une pièce particulière du bâtiment et le séquencement suit la progression du client dans son expérience culinaire mais pas que. De plus, comme chaque musique est jouée dans un espace différent, il a fallu s’assurer qu’elles se mariaient quand on en entend plus d’une. Non, je n’ai pas tenté l’expérience avec plusieurs diffuseurs...

On connaissait le talent du groupe à façonner des structures sonores qui étaient leur spécificité dans un monde post-rock plus classique. Comme il y a des chances qu’on ne se rende jamais à Culver City, Californie, on va se contenter des évocations qu’un album aussi apaisé suscite. Luxe, calme et volupté donc. Il parait que le bâtiment génère son propre son, un bourdonnement caractéristique qui frappe le visiteur. La lente respiration de ceci devrait lui répondre en tous cas.

Il y a de discrets arpèges de guitare (Kitchen) mais évidemment pas l’impressionnant magma sonore dont ils ont pu faire montre par le passémais qui rehaussent des nappes de clavier. Cet emploi de guitares les distingue de la musique de relaxation pure et évoque des choses qu’on pu faire Eluvium.

Non, ça ne donne pas spécialement faim. Non, il est impossible de découvrir la destination de ces morceaux quand on l’ignore mais oui, les Texans maîtrisent l’exercice, à n’en pas douter et le résultat est un album d’ambient avec des touches de post-rock qui pourra définitivement habiller vos prochains repas quand il sera redevenu de l’ordre des choses d’inviter des gens à dîner.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)