Accueil > Critiques > 2020

Sébastien Brun - Ar Ker

mercredi 24 juin 2020, par marc


Les apparences sont parfois trompeuses. Les informations glanées ça et là semblaient faire de l’album de l’artiste français un objet expérimental, aride et sans doute un peu difficile. Peut-être à cause des références à la musique concrète, à la démarche qui mêle l’improvisation et un vrai goût de l’aspect mathématique de la musique tel que relaté dans cette intéressante interview. Allez savoir. Mais comme il y est dit, la musique est une vibration et elle s’adresse au corps. Message reçu à 100%.

Comme toujours, il est difficile de commenter du son mais la subtilité avec laquelle il lance progressivement Ker est remarquable. Tout s’enchaîne, tout se suit, tout progresse. D’ailleurs, cet album est aussi proposé d’une traite dans le lecteur Bandcamp et si tout le monde n’a pas 33 minutes pour se faire une idée, en isoler une partie ne donnerait qu’une image tronquée de l’ensemble. D’ailleurs, cet album est revendiqué comme étant enregistré en live sans overdubs, ce qui est parfaitement cohérent avec le résultat.

On entre donc progressivement, comme on prend sa place pour un live. Et c’est plutôt organique, avec du chant (en créole, mais on ne nique pas pour une fois), une utilisation de répétition, de mélopée pour constituer un mélange sans grumeaux, pour un résultat de transe légère.

La structure de cet album est assez proche de celle d’Owen Pallett dont on vous parlait récemment, avec des groupes de morceaux séparés par des intermèdes musicaux. Interlude I pousse le curseur vers des sons plus industriels, avec un rythme qui s’intensifie et sert de rampe de lancement à Koroll tout en marquant un point de basculement de l’album. Et c’est peu de dire que ça pousse. C’est dense, avec un sens de la répétition parfaitement balancé par des apports extérieurs, une distorsion judicieuse et un sentiment de puissance assez jouissif. Il faut remonter à Health pour des plaisirs similaires.

La pression doit forcément se relâcher. Mais pas pour longtemps, le faussement nommé Empty se gave d’intensité et de lourdeur pour que ça puisse se serrer de nouveau.

On ne l’a pas vu venir. Pas sur papier où on sentait un album plus cérébral. Ni avec un extrait qui montrait certes déjà que c’était puissant et organique mais ne présentait pas une image complète. Ni avec des premiers morceaux tout en progression. Plus qu’un album, c’est un set, voir un trip qui est proposé ici. Les live ne sont certes pas sur le point de reprendre, mais ceci devrait en constituer une matière de premier ordre. En tant qu’album, c’est une irrésistible fusée à étage qui vous propulsera sur orbite à chaque fois.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)