Accueil > Critiques > 2020

Crack Cloud - Pain Olympics

lundi 17 août 2020, par marc


Crack Cloud, c’est un beau creuset de bonnes choses. De post-punk bien entendu mais dès le début, dès que les riffs anguleux sont rejoints par une voix détendue qui n’est pas sans rappeler David Byrne (la période Brian Eno des Talking Heads est une des références ici). et des choeurs assez libres, l’horizon s’élargit considérablement. Avec une rondeur de son et une basse qui les renvoie vers un autre fameux collectif canadien, celui de Broken Social Scene, ou d’autres qui ont émergé du tellement riche creuset de là-bas au tournant du millénaire (la voix féminine qui émerge du choeur du morceau final va forcément vous évoquer une certaine Régine). Le collectif est en effet une tradition canadienne bien ancrée si on pense à des formations Broken Social Scene donc mais aussi The New Pornographers ou FUCTAPE. Ils tirent en tout cas le meilleur de cette approche plurielle et multi-disciplinaire donc.

Qui dit post-punk dit tension mais pas nécessairement fureur. Il ont bien appris la leçon des insurpassables Wire sur Bastard Basket, bien compris que l’envoûtement de l’auditeur est une bonne chose. Cette lignée se retrouve logiquement derrière bien des choses qu’on n’entend ici. Mais ce n’est pas la seule, loin de là, même, ce même morceau recevant le discret renfort d’un sax malade. Il reste des moments plus tendus bien évidemment. Sur Ouster Stew plus anguleux ou dans la basse de Tunnel Vision qui évoque immanquablement Gang of Four.

C’est leur versant le plus abrasif et incandescent, celui qui nous avait envie d’en savoir plus, renseigné logiquement par un éminent Wirologue. Cette façon de s’élever dans la seconde partie est souveraine, rappelant des choses comme Deerhunter. Pas littéralement bien sûr, mais on retrouve la même propension à mêler dans un chaudron les éléments chauds et froids sans en faire du tiède (le second principe de thermodynamique ne s’applique pas en musique), un sens de la compacité remarquable et aussi de nous être tombés dessus au moment idoine.

Mais il y a aussi occasionnellement une coolitude que ne renierait pas  !!!, même si le curseur est définitivement moins pointé vers le groove. La diction n’est parfois pas loin de la scansion rap (The Next Fix), de celle utilisée occasionnellement par Massive Attack (Favour Your Fortune). C’est la force d’un collectif bien évidemment, concentré autour du thème de l’addiction traverse cet album, réalité quotidienne pour beaucoup des membres, moins en tant qu’anciens consommateurs (plusieurs le sont cependant) qu’en tant qu’assistants sociaux de leur communauté.

Se rendre disponible pour ce genre de bonne surprise, voilà une belle mission qui nous tient à coeur. Parce qu’il y a toujours des formations qui viennent nous titiller, mêler des choses qu’on aime d’une façon qu’on ne connaissait pas encore. On était venus pour l’incendie post-punk, on est revenus pour tout le reste, pour la faculté incroyable à trousser un album varié et prenant. Avant une rentrée copieuse, Pain Olympics annonce son aller simple sans retour vers les albums marquants de 2020.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Squid - Ô Monolith

    Le post-punk anglais avec morgue est un genre très particulier dans lequel les Londoniens de Squid s’étaient distingués. Il faut dire que ce substrat est utilisé dans tellement de contextes pour tellement de résultats, de Bloc Party à Black Country New Road en passant par Art Brut qu’on peut le décliner de bien des façons.
    Et Squid balaie à lui seul une belle partie du spectre, allant même tutoyer la (...)

  • Bärlin - State of Fear

    Cet imposant album d’un trio lillois nous semble familier sans que ce ne soit exactement identique à quoi que ce soit. Si on tente de retrouver son chemin, on est très vite tentés de s’y perdre pour mieux s’y fondre. Le chant très expressif dès Deer Flight, un peu comme si Patrick Wolf s’était mis au post-punk poisseux et éructait (aboyait même sur Revenge). On y secoue lentement la tête pendant que la (...)

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk (...)