Accueil > Musique > 2020 > Crack Cloud - Pain Olympics

Crack Cloud - Pain Olympics

lundi 17 août 2020, par Marc


Crack Cloud, c’est un beau creuset de bonnes choses. De post-punk bien entendu mais dès le début, dès que les riffs anguleux sont rejoints par une voix détendue qui n’est pas sans rappeler David Byrne (la période Brian Eno des Talking Heads est une des références ici). et des choeurs assez libres, l’horizon s’élargit considérablement. Avec une rondeur de son et une basse qui les renvoie vers un autre fameux collectif canadien, celui de Broken Social Scene, ou d’autres qui ont émergé du tellement riche creuset de là-bas au tournant du millénaire (la voix féminine qui émerge du choeur du morceau final va forcément vous évoquer une certaine Régine). Le collectif est en effet une tradition canadienne bien ancrée si on pense à des formations Broken Social Scene donc mais aussi The New Pornographers ou FUCTAPE. Ils tirent en tout cas le meilleur de cette approche plurielle et multi-disciplinaire donc.

Qui dit post-punk dit tension mais pas nécessairement fureur. Il ont bien appris la leçon des insurpassables Wire sur Bastard Basket, bien compris que l’envoûtement de l’auditeur est une bonne chose. Cette lignée se retrouve logiquement derrière bien des choses qu’on n’entend ici. Mais ce n’est pas la seule, loin de là, même, ce même morceau recevant le discret renfort d’un sax malade. Il reste des moments plus tendus bien évidemment. Sur Ouster Stew plus anguleux ou dans la basse de Tunnel Vision qui évoque immanquablement Gang of Four.

C’est leur versant le plus abrasif et incandescent, celui qui nous avait envie d’en savoir plus, renseigné logiquement par un éminent Wirologue. Cette façon de s’élever dans la seconde partie est souveraine, rappelant des choses comme Deerhunter. Pas littéralement bien sûr, mais on retrouve la même propension à mêler dans un chaudron les éléments chauds et froids sans en faire du tiède (le second principe de thermodynamique ne s’applique pas en musique), un sens de la compacité remarquable et aussi de nous être tombés dessus au moment idoine.

Mais il y a aussi occasionnellement une coolitude que ne renierait pas  !!!, même si le curseur est définitivement moins pointé vers le groove. La diction n’est parfois pas loin de la scansion rap (The Next Fix), de celle utilisée occasionnellement par Massive Attack (Favour Your Fortune). C’est la force d’un collectif bien évidemment, concentré autour du thème de l’addiction traverse cet album, réalité quotidienne pour beaucoup des membres, moins en tant qu’anciens consommateurs (plusieurs le sont cependant) qu’en tant qu’assistants sociaux de leur communauté.

Se rendre disponible pour ce genre de bonne surprise, voilà une belle mission qui nous tient à coeur. Parce qu’il y a toujours des formations qui viennent nous titiller, mêler des choses qu’on aime d’une façon qu’on ne connaissait pas encore. On était venus pour l’incendie post-punk, on est revenus pour tout le reste, pour la faculté incroyable à trousser un album varié et prenant. Avant une rentrée copieuse, Pain Olympics annonce son aller simple sans retour vers les albums marquants de 2020.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

    Si vous voulez la version courte, ce cinquième album d’I LIKE TRAINS est un des plus percutants de l’année, et ça s’écoute en dessous de l’article. Si vous voulez un peu plus de détail, on peut commencer par un rappel des faits.
    On avait craqué tout de suite pour le groupe de Leeds, pour ce mélange de sons et structures post-rock utilisés dans des morceaux qui reposaient aussi sur la voix de baryton de David Martin. Il y avait ce sens du paroxysme qui vrillait l’âme au casque ou en concert. Il y avait (...)