Accueil > Musique > 2020 > Bright Eyes - Down in the Weeds, Where the World Once Was

Bright Eyes - Down in the Weeds, Where the World Once Was

mardi 1er septembre 2020, par Marc


On ne va pas se mentir inutilement, si le dernier album de Bright Eyes remonte à plus de neuf ans, ce n’est pas exactement une attente fébrile qui nous tenait. Certes, People’s Key nous avait vus nous quitter en très bons termes mais ce qu’a fait Conor Oberst depuis a été au moins aussi bon et bien souvent supérieur, surtout si on pense au magnifique Ruminations ou au premier album de Better Oblivion Community Center avec la tellement précieuse Phoebe Bridgers.

Donc, ce dixième album tout de même s’annonce plus comme une surprise que comme un évènement. Pourtant, on le sait, dans le monde de Conor Oberst, Bright Eyes a sa propre spécificité, et on la retrouve d’emblée. C’est musicalement, avec l’apport de Mike Moggis, que tout prend son sens.

Dance and Sing est un beau retour en forme après l’inévitable (et souvent dispensable) morceau d’intro. Même les versions plus enrobées de Ruminations qu’on retrouve sur Salutations sont plus conformes aux poncifs americana. Il y a un souffle bien différent, la pulsation de Once In The World n’est sans doute pas pas au niveau d’originalité du fantastique Digital Ash For a Digital Urn mais s’en approche bien franchement, avec cette fin tout en cordes entrelacées, avec un chorus instrumental qui se déploie comme on étend ses ailes, le tout en gardant une durée tout-à-fait conforme aux standards pop.

Le résultat est plus accessible, moins rude que sur les albums solo de Conor Oberst qui sont sans doute réservé à des auditeurs déjà conquis à la cause folk et qu’un harmonica suffit à convaincre pourvu que l’écriture soit brillante (on se range là-dedans bien entendu). Comme toujours avec lui, le sens mélodique reste remarquable sur Stairwell Song qui avec son un refrain qui pousse se présente comme un des morceaux les plus percutants de cet album.

Il y a évidemment des cuivres et puis des cordes parce que c’est une musique riche. Même si la chanson fait clairement référence à la dépression, voire au suicide, la forme n’est jamais aussi extrême que ses sujets. Ce thème revient sur Hot Car In The Sun, morceau plus minimaliste selon les standards de la formation. Vous entendrez même de la cornemuse sur un Personna Non Grata qu’on connaît depuis quelques mois maintenant.

L’ampleur peut aussi un peu perdre l’auditeur, avec moultes incrustations sonores (Forced Convalescence) mais dans versant facile, Comet Song est une ballade poignante pour ceux qui aiment ça, avec tous les effets qu’on est en droit d’attendre de l’exercice. Et puis il y a ces gimmicks qui font mouche. La guitare de To Death’s Heart (In Three Parts) est à cet égard renversante. Oui, c’est pour ce genre de moment qu’on est venus, avec en prime des références au Wish You Were Here de Pink Floyd.

Si on n’avait pas attendu avec anxiété ce nouvel album, on n’en boude pas son plaisir pour autant. Avec le temps, on a non seulement appris à faire sans Bright Eyes mais à préférer les projets parallèles. Mais il faut se rendre à l’évidence, la mise en son et son ampleur, bien supérieure à ses équivalents justifie de reformer le désormais trio pour livrer un album qui n’a pas peur de ses effets et qui contient de vrais morceaux de bravoure.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)