Accueil > Musique > 2020 > I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

vendredi 4 septembre 2020, par Marc


Si vous voulez la version courte, ce cinquième album d’I LIKE TRAINS est un des plus percutants de l’année, et ça s’écoute en dessous de l’article. Si vous voulez un peu plus de détail, on peut commencer par un rappel des faits.

On avait craqué tout de suite pour le groupe de Leeds, pour ce mélange de sons et structures post-rock utilisés dans des morceaux qui reposaient aussi sur la voix de baryton de David Martin. Il y avait ce sens du paroxysme qui vrillait l’âme au casque ou en concert. Il y avait là-dedans plusieurs de nos morceaux préférés tous genres et toutes époques confondus. C’est aussi le premier compte-rendu de concert de ce site, ça compte. Ils ont évolué, bien entendu, ajoutant un peu de groove (tout est relatif) et on a pris un plaisir immense à retrouver tout ça lors d’une tournée qui célébrait les dix ans de leurs débuts. On ne se doutait pas qu’il s’agissait d’un adieu, d’un long au-revoir.

On avait entendu les singles annonciateurs dont The Truth, cet album ne nous a pas pris au dépourvu, on savait que leur talent était resté, mais que la noirceur s’était déplacée. Exit évidemment les tenues ferroviaires, les récits de catastrophes, les ténèbres, c’est ici et maintenant, on le sait. Mais ce n’est absolument pas une complainte, ils ont du puiser dans leur hiatus l’énergie vitale qui la transcende.

Les sons de guitare d’A Steady Hand semblent plus provenir d’A Place To Bury Strangers que d’Explosions In The Sky et rehaussent ce morceau dont le chant évoque plus Mark E Smith que Matt Berninger. Desire Is a Mess prolonge cette veine post-punk plus abrupte, avec un rien plus de lyrisme, montant l’album d’un cran encore, avec leur façon particulière d’asséner des phrases qui nous restent.

How do you sleep at night/How do you sleep at night

On est déjà séduits, on ne sait pas encore que le meilleur est encore à venir. C’est aussi à ça qu’on sait qu’on écoute un album exceptionnel quand on ne descend jamais sous une qualité très élevée. Il faut attendre Prism pour que le chant plus suave revienne, dans un morceau qui a la mélancolie du dancefloor, celui qu’on aborde seul les bras écartés, quand la piste est le salon et personne dans les environs. Il se place dans la lignée de The Turning of The Bones et marque un virage pour cet album, la preuve que ce n’est pas que dans l’effet boeuf produit sur l’auditeur que la continuité avec leur brillante discographie est assurée. On pense aussi à The National sans la recherche frénétique de la sophistication.

De l’avis général, Dig In est un morceau qui frappe tous ceux qui l’écoutent et je me range pour une fois à l’avis général. KOMPROMAT (rien à voir avec l’excellente formation electro déjà évoquée) est donc tout sauf un album monochrome. Ou plutôt, comme l’art conceptuel nous a appris les nuances de l’unicolore, ils arrivent à tirer des teintes infinies.

Ce qu’ils ont gardé aussi, c’est un sens dramatique qui leur permet de relancer les morceaux, placer non une accélération mais une densification qui amène le morceau au-delà de lui-même, là où peu peuvent aller. C’est ce qui rend cet album plus fort que ce qu’on entend dans le genre, ces paroxysmes se retrouvent partout ici, emportant l’adhésion sans coup férir, laissant du coup les débuts de morceaux prendre de la hauteur en emmagasinant de l’oxygène. A Man of Conviction ou New Geography sont ainsi bâtis, avec une densité qui vient des guitares, une tension qu’ils arrivent à relâcher et à relancer à coups de kick et de basse. Leur force ne se fait donc jamais systématique.

Et puis il y a The Truth, cette version gothique de Gill Scott Heron, logiquement cité ici (The truth will not be televised). Au sein de ce brûlot (voyez l’hypnotique clip), ils arrivent à placer une belle accélération pour s’imposer comme un des morceaux les plus emblématiques de 2020. Le soliloque final restera. Il est remarquable que les deux albums les plus corrosifs sur la situation du monde dont on ait parlé ici proviennent soit de l’ancien leader d’une formation qui a supporté la vague psychédélique et d’un groupe autrefois fasciné par les catastrophes ferroviaires.

Même la descente avec la collaboration d’Anika fait partie de ce tout compact. Sa voix de lendemain de veille porte le poids du monde. Ils relancent un peu le morceau pour la forme, pour une fin qui ne ressemble pas à un démontage de chapiteau.

Il n’y a que neuf titres, certes, mais il n’y en a aucun qui ne marque pas. Le post-rock et le post-punk sont deux genres qu’on apprécie (qu’on adore, soyons honnête) et leur union est ici plus forte que jamais. C’est plus qu’une évolution qu’I LIKE TRAINS a réussi. Garder son intensité tout en captant le moment comme personne, c’est la gageure de ce qui est un des meilleurs albums de l’année.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT 5 septembre 2020 11:24, par Laurent

    Bon ben on va écouter ça d’urgence... Quant à mes 5 étoiles de 2020, il y en a deux ou trois sur lesquels j’hésite, mais en tout cas depuis une semaine je n’arrive pas à me remettre de l’album de Terrenoire. Si d’aventure tu n’y as pas encore jeté d’oreille, ça vaut salement le détour.

    repondre message

    • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT 6 septembre 2020 19:37, par Marc

      On ne peut pas dire que j’aie été très tenté d’en claquer 5 souvent cette année. Mais une copieuse rentrée s’annonce...

      J’irai donc jeter une oreille sur Terrenoire !

      repondre message

      • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT 7 septembre 2020 08:08, par Laurent

        Eh ben t’avais raison : c’est une bombe d’album ! Je sais que tu suis le groupe depuis toujours et de mon côté je n’ai jamais réussi à accrocher... le train, mais je me suis un peu plus investi dans l’écoute ce coup-ci et c’est "rewarding", comme disent nos amis ultralibéraux. Il n’y a en effet rien à jeter même si je suis moins fan du pastiche de Matt Berninger sur Prism. Dans la catégorie post-punk, ça se dispute grave le pompon avec l’excellent second album de Fontaines D.C. Merci pour la musique, comme disent nos amis kitsch.

        repondre message

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • Crack Cloud - Pain Olympics

    Crack Cloud, c’est un beau creuset de bonnes choses. De post-punk bien entendu mais dès le début, dès que les riffs anguleux sont rejoints par une voix détendue qui n’est pas sans rappeler David Byrne (la période Brian Eno des Talking Heads est une des références ici). et des choeurs assez libres, l’horizon s’élargit considérablement. Avec une rondeur de son et une basse qui les renvoie vers un autre fameux collectif canadien, celui de Broken Social Scene, ou d’autres qui ont émergé du tellement riche (...)