Accueil > Musique > 2005 > Ladytron : Witching Hour

Ladytron : Witching Hour

lundi 21 août 2006, par Marc


Vous ai-je parlé du retour des années ’80 ? Je suis si distrait de ces temps-ci.

Cette fois, c’est le versant new wave à tendance froide avec des voix féminines éthérées qui nous est proposé. Un peu comme les tout premiers Dead can dance par exemple. Ce genre était clairement tombé en désuétude. On peut donc se réjouir partiellement. se réjouir parce que remettre au goût du jour une version pop des débuts des Cranes (c’est flagrant sur l’intro de Sugar) ou encore Siouxie and the Banshees c’est toujours un plaisir et que des titres comme International dateline ou Destroy everything you touch sont vraiment très réussis. Ce plaisir est quand même mitigé par une certaine uniformité malgré un apport de guitares plus présentes sur cet album et une très nette impression de déjà entendu. Car c’est un album clairement dans la lignée des précédents pour Ladytron.

Pour ce qui est des variations internes, on passe du vraiment éthéré (White light generation) à du plus électro qu’à l’époque (Soft power), voire plus martial (Fighting in built-up areas chanté dans une langue non identifiée par votre serviteur à l’heure qu’il est - indice : une des chanteuses est Bulgare). Donc si vous avez envie de spleen léger et mélodique, vous pourrez trouver votre intérêt chez ce genre de Stereolab gothique. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)